Quelles sont les principales différences entre les formats des fichiers ouverts et ceux propriétaires ? Découvrons ensemble comment cela fonctionne et comment le fichier IFC est-il fait ?

À propos des fichier IFC nous en savons déjà beaucoup, mais pas encore tout. Essayons de préciser ensemble certains aspects opérationnels en partant, tout d’abord, de ce que signifie format ouvert non propriétaire.

Formats ouverts

Un format ouvert, en informatique, indique une technique spécifique du domaine public, utilisé pour décrire et stocker des données numériques sans restrictions légales pour son utilisation

L’objectif principal des formats ouverts est d’assurer l’accès aux données à long terme, sans aucune incertitude quant aux droits légaux ou aux spécifications techniques (interopérabilité).

Un autre objectif des formats ouverts est celui d’encourager la concurrence au lieu de permettre à une seule société de maintenir le contrôle sur un format propriétaire.

Formats propriétaires

Les formats propriétaires sont en effet contrôlés et définis par des intérêts privés.

Un usager peut perdre toutes les informations contenues dans un format propriétaire si le seul logiciel propriétaire capable d’exploiter correctement ces données ne serait plus disponible, ou pire, la disparition du marché de la société qui a réalisé ce format, rendrait illisible (et donc perdue pour toujours) les données stockées dans les fichiers enregistré.

Toutes les informations collectées dans les archives publiques (organismes, institutions, administration, etc.) deviendraient inutilisables en très peu de temps.

Beaucoup d’entre nous ont surement eu la nécessité de récupérer un dossier technique : les informations sur papier, nous ont tout de même permis de surmonter les incertitudes et les difficultés.

Le format MP3, par exemple, est un format propriétaire mais est également un format ouvert car, bien que breveté, ses spécifications sont publiques.
La publication de la spécification technique est un moyen pour diffuser le format et d’en faire un standard international.

Un format propriétaire ouvert peut être différent d’un format open-source, car le premier ne peut être modifié qu’avec un programme propriétaire. Les formats open-source peuvent être lus et édités par n’importe quelle application.

Cet ainsi que la grande importance du format IFC se révèle : l’indépendance de la donnée du format de fichier dans lequel elle est stockée et transmise.

Comment le fichier IFC est-il fait ?

Récupérons un fichier au format ‘.ifc‘, par exemple, un fichier d’une maquette architecturale BIM.

Rendu du modèle architectural - BIM

Rendu du modèle architectural – BIM

Essayons de le renommer, en changeant l’extension en « txt », et ouvrons-le avec un éditeur de texte quelconque (tel que Bloc-notes de Microsoft, présent dans toutes les versions de Windows).

Modélisation IFC ouvert avec bloc notes

Modélisation IFC ouvert avec bloc notes

C’est une liste de paramètres (propriétés) non seulement géométriques, organisés par objets et structurés logiquement, accompagnés par leur valeur et parfaitement lisibles.

Un fichier IFC, donc, peut être facilement lu directement (sous forme de fichier texte) ou visualisé graphiquement à travers les nombreuses visionneuses gratuites, qui sont aujourd’hui facilement accessibles sur Internet.

C’est pourquoi nous pouvons affirmer qu’un fichier IFC nous permet de transférer efficacement des informations entre les différents acteurs d’un processus de construction qui décide de s’échanger ces fichiers entre eux.

Découvrez comment importer et exporter facilement des maquettes IFC avec un logiciel de BIM. Téléchargez et essayez gratuitement pour 30 jours Edificius