Le devis ou métré quantitatif estimatif: Qu’est-ce que c’est et qui l’utilise ? Comment le préparer ? Voici un guide complet sur le métré, avec des exemples et sur le logiciel dédié

Le métré quantitatif estimatif  ou devis quantitatif estimatif est le document par lequel il est possible d’estimer le coût des travaux pour la réalisation d’un ouvrage de construction (ou une partie de celui-ci) ou des coûts  pour son entretien futur.

Son utilisation est très répandue dans les travaux privés comme document contractuel pour la régulation de la relation entre le client et l’entreprise de construction et il s’agit d’une des principales pièces écrites attachées aux contrats dans le domaine BTP.

Le métré quantitatif estimatif est préparé par le métreur ou l’économiste de la construction sur la base d’un projet et est utilisé à la fois par le maître d’ouvrage que les entreprises chargées de l’exécution des travaux.

Le client ou le maître d’ouvrage  sur la base des documents de métré peut développer :

  • un budget économique des investissements nécessaires pour la réalisation des ouvrages;
  • l’appel d’offres aux entreprises de construction appellées pour l’exécution des travaux.

L’ entreprise sur la base des documents de métré peut :

  • proposer son offre pour la réalisation des ouvrages prévus par les plans d’exécution;
  • déterminer les besoins de chantier pour la réalisation des ouvrages conçus.

La différence entre le métré et le métré quantitatif estimatif

Bien que dans la pratique courante et professionnelle le document de métré quantitatif estimatif  et celui de métré soient souvent confondus, ils constituent deux documents différents :

  • le métré, pour le calcul des quantités des différents ouvrages contenus dans un projet;
  • le métré quantitatif estimatif ou devis quantitatif estimatif, pour le calcul de ces quantités et l’estimation des couts totaux pour l’exécution des travaux.
Diagramme de relation des entité du métré quantitatif estimatif

Figure 1: Diagramme de relation des entité du métré quantitatif estimatif

Il est clair que nous ne pourrons jamais établir un métré quantitatif estimatif sans avoir établi précédemment un métré des quantités  parce que il est obtenu en combinant la quantité de travail et un prix unitaire unique.

Métré (non estimatif)

Modèle du métré (non estimatif) avec deux bandes verticales de surlignage des descriptions et quantités

Figure 2: Modèle du métré (non estimatif)

Le métré (non estimatif) est structuré de manière à permettre à l’économiste des constructions de formuler de façon structurée les mesures de toutes les spécifications des ouvrages nécessaires à la mise en œuvre d’un projet de construction.

Les montants afférés  à chaque ouvrage sont justifiés par des formules géométriques utilisées pour les calculs et voilà pourquoi le modèle pour la rédaction du métré fournit des colonnes appropriées pour la transcription de la longueur, la largeur et la hauteur / poids de chaque mise en œuvre; autre colonne indique le nombre de parties égales qui sont comprises dans le calcul. Bien entendu chacune de ces mesures pourraient  être à leur tour calculée par une formule de calcul en fonction d’autres valeurs définies.

Il y a aussi la possibilité d’avoir un modèle de calcul pourvu d’ une seule colonne des quantités, particulièrement utile dans le calcul des mises en œuvres  des installations, où les quantités sont généralement le résultat d’une formule unique qui est la multiplication des mesures ( parties égales, longueur, largeur et hauteur / poids).

Le métré estimatif

Modèle du métré quantitaf estimatif divisé avec surlignage de trois bandes rectangulaires realtives aux travaux, mesures et bordereau

Figure 3: modèle du métré quantitaf estimatif

Le métré ou devis quantitatif estimatif est le résultat d’un processus d’analyse visant à la valorisation économique de ces quantités et il est obtenu en multipliant les quantités relevées pour chaque ouvrage et leur prix correspondant du bordereau des prix du projet; de cette façon on calcule le coût partiel  de chacun des travaux, et la somme de ces produits, au final, donne le coût total des ouvrages du projet.

Pour le chiffrage du métré ou devis quantitatif estimatif, aussi indiqué parfois comme DQE, il faut adoper un formulaire avec les colonnes supplémentaires avec le prix unitaire du travail et son montant (partiel  de la mise en oeuvre et total de l’ouvrage), en comparaison à ce qui est décrit ci-dessus pour le métré (non estimatif).

Comment puis-je faire le métré quantitatif ?

Pour la saisie et la rédaction d’un  métré quantitatif estimatif,  le métreur doit suivre une séquence logique résultante des phases suivantes :

  • classification des travaux (catégories de travaux)
  • mesure des travaux (mesures et quantités)
  • évaluation des prix unitaires (prix et sous-détail des prix)

 

La première phase est la « classifications des travaux » dans différents groupes de travail homogènes: le but est d’associer de façon unique la description qualitative du travail à sa quantification précise (mesure) et son prix unitaire (liste de prix).

La deuxième phase est la « mesure des travaux » et consiste à évaluer la juste quantité pour chaque élément du métré nécessaire à la mise en œuvre du projet dans le but de rendre le mesurage des quantité simple, traçable et vérifiable.

La troisième phase est la « évaluation des prix unitaires » et consiste à attribuer à chaque travail, décrit et mesuré, un prix unitaire. Les prix unitaires estimés peuvent être déduits synthétiquement (listes de prix , bordereaux des prix ou bases de prix) ou analytiquement (analyse des prix ou sous-détails des prix).

Classification des travaux : les catégories de travaux et d’ouvrages

Le but de la classification des travaux et des ouvrages est la décomposition de la totalité d’ouvrage considéré dans un projet en différentes catégories, selon des critères de localisation physique,  ou de nature logique, ou technologique, ou fonctionnelle des mises en œuvre en relation au processus de construction en examen (et tous ses travaux).

Le point de départ de cette opération est, bien sûr, le projet préparé auparavant par le concepteur. Habituellement, dans la rédaction du métré, l’Economiste rassemble les travaux dans les catégories de travail, pour le rendre plus lisible et immédiatement afférés aux documents graphiques, mais aussi pour pouvoir compter sur des références les plus précises et immédiates pour le relèvement des travaux effectués durant les comptabilisations du projet. Un autre exemple de structure et classification utilisée dans les marchés publics est le DPGF.

La classification des travaux et des ouvrages dans les catégories correspondantes aux corps d’état (alias : spécialités des métiers de la construction) est celle plus efficace pour la rédaction du métré quantitatif dans la mesure que les regroupements des ouvrages sont de cette façon associables aux ouvrages physiquement localisables et aussi à leurs mises en œuvres qui prennent place dans le processus de construction.

Voyons maintenant un exemple de ce que peut être une division en catégories de travaux ( corps d’état) d’un bâtiment. Pour ce projet en question, avec la définition des catégories, nous partons avec les fouilles pour le terrassement de la surface de pose des fondations, et puis on continue avec les travaux de fondation, la structure portante, les murs, les planchers et les toitures, les revêtements, y compris les installations et tous les service du bâtiment.

La division en catégories sera du type suivant :

  • travaux de terrassement;
  • structures de fondation;
  • structures élevées;
  • murs et cloisons;
  • enduits, planchers et revêtements;
  • menuiseries et ouvrages métalliques;
  • voirie, réseaux, et divers (VRD);
  • installations plomberie et sanitaires;
  • installations électriques;
  • installations de climatisation;
  • système d’extinction incendie.

Le concepteur pourra aussi determiner une division des ouvrages plus détallées, en augmentant le nombre de catégories (par exemple en décomposant la catégorie « enduits, planchers et revêtements » avec plusieurs catégories au même niveau : « enduits », « planchers » et « revêtements ») ou la subdiviser  en sous-catégories :

  • enduits, planchers et revêtements;
    • enduits
    • planchers
    • revêtements

Naturellement il s’agit seulement de cas spécifiques, ici reporté comme exemples pratiques et pour illustrer les critères généraux vus pour la détermination des catégories. Plus pratiquement, chaque genre d’ouvrage pourrait avoir pour le concepteur, l’économiste ou le métreur une différente subdivision optimale.

Au terme de la phase de classement des parties d’ouvrages en catégories de travaux il est possible rédiger des listes d’articles qui représentent les parties conventionnelles en ligne avec les critères de mesurage adoptés.

Chaque article ou poste qui compose le bordereau des prix unitaires (BPU) ou liste des prix du métré estimatif est composé par :

  • description, qui doit définir précisément l’objet de la mesure à laquelle l’article est afféré
  • unité de mesure, (de surface, de volume, de prix, etc) propre à l’élément de la construction

Mesurage des travaux : techniques et réglementation de mesurage

Le but des mesures des travaux est la détermination des  quantités des éléments constituant l’ouvrage à réaliser et reportés dans les dossiers de projet.

Afin de rendre le mesurage simple et vérifiable par les différents intervenants liés au projet et son exécution, il est nécessaire de disposer de :

  • techniques de mesurage,  sur la ligne médiane, sur le tout, ou en considérant les vides à plein, et ainsi de suite.
  • reglementions de mesurage, grandeurs géométriques ou physiques, modalités de mesurages, cas d’étude, etc.

qui doivent être explicitées dans le métré quantitatif estimatif.

Evaluation des prix unitaire (bases de prix, bibliothèques de prix et analyse des prix ou sous-détails)

Le bordereau des prix unitaires, en forme abrégées BPU est un document de projet qui est attaché et constitue une des parties du contrat ou CCTP.

Le document contient les prix unitaires utilisés dans la préparation du métré quantitatif estimatif issus des plans d’exécution du projet, par exemple déduits depuis des bibliothèques et des références  de prix régionaux.

Si la référence de prix  ne contient pas les éléments de coût  prévus dans le projet, il est nécessaire de définir de nouveaux prix unitaires. Ces nouveaux prix sont définis au moyen de la saisie de tous les sous-détails et calculés au moyen d’ analyses spécifiques.

Chaque poste ou élément doit être identifié par un numéro d’ordre (code de tarif), une unité de mesure propre à son type d’élément constructif, une description de ses caractéristiques de construction et de mise en oeuvre, et de performance technique et bien sûr par un prix unitaire.

Pour l’affichage des prix unitaires de la liste des prix,  généralement,  on suit le même ordre du bordereau des prix utilisé comme référence. Plus précisément pour cette même raison, la plupart du temps, le code d’identification du poste est repris depuis le bordereau de prix de référence, à partir duquel a été pris tout le poste originairement.

Bibliothèque des prix (évaluation synthétique)

Le prix unitaire est dans ce cas  pris sur des de listes de prix , des bordereaux ou des prix publics de façon synthétique.

Le bordereau fournit des prix approximatifs et référé à des mises en œuvre très génériques et ordinaires (dimension du chantier, accessibilité, organisation, etc.)

Le logiciel de devis et métré et l’exploitation des données 

Le logiciel doit permettre, avec la technologie et le mode de fonctionnement approprié, de concevoir le développement du métré, non pas un simple outils de saisie et chiffrage des données quantitatives visant à l’impression d’un document complexe plus ou moins défini, mais surtout de concevoir cette activité comme l’un des aspects de conception de l’ouvrage.

Pour fonctionner correctement dans la rédaction du métré, il est nécessaire que l’économiste ou le concepteur  puisse disposer de toute la liberté de travail à laquelle il est habitué et qui lui permet d’insérer, supprimer, prendre des données à partir d’autres projets, prendre des données métriques depuis autres dessins, saisir et ajouter des détails, des commentaires et aussi des objets  multimédias.

En repensant à  tout ce qu’il a fait déjà une fois et pouvoir le faire à nouveau d’une manière différente doit être simple et rapide.

Par rapport aux critères pour l’identification des catégories de travail vus ci-dessus, il est essentiel que le logiciel de métré puisse accompagner le concepteur adéquatement dans l’identification et la détermination de ces éléments.

Il est important de pouvoir à tout moment afficher la répartition en catégories à prix unitaires dans lesquelles le document a été structuré. Il est impératif de pouvoir  visualiser immédiatement les montants et les taux de chacun de ces groupes, de sorte à pouvoir bien focaliser et concevoir la structure du projet qui sera proposée dans le dossier ou le CCTP.

Un aspect crucial pour une  conception performante est le dynamisme avec lequel les changements de données sont apportés.

L’affectation d’un nouveau Ouvrage à une catégorie, le changement de mesures d’un poste de métré, la suppression d’une catégorie devrait se traduire par un changement immédiat de l’ensemble du document .

Il est intéressant également de remarquer la possibilité de stocker avec impressions momentanées les différentes solutions et alternatives de projets pour les comparer les unes aux autres, et choisir la plus approprié à la situation du projet.

En fin de compte, nous devons observer que, pour que le logiciel soit vraiment utile et efficace pour la préparation des métrés il doit garantir de laisser la liberté opérationnelle adéquate aux nécessités du projet.

Il ne faut  pas sous-estimée dans le choix du logiciel, la fiabilité du produit et de la société qui le distribue.

Ce sont des garanties pour votre solidité professionnelle et pour  votre investissement dans le temps.

Il faut avoir la certitude que le logiciel soit correctement mis à jour dans le temps, de façon à maintenir constament le niveau de qualité que vous avez choisi et de sauvegarder ainsi soit votre investissement que vos données.

Cliquez ici  pour connaitre PriMus le logiciel ACCA pour devis et métré