Le vitrage intelligent, le revêtement de dioxyde de vanadium ultra-mince est capable de réagir automatiquement au rayonnement solaire, bloquant la chaleur en été et la tenant en hiver

Le secteur européen du chauffage et du refroidissement est l’un des secteurs les plus prometteurs pour la croissance des énergies renouvelables (source IRENA – agence internationale des énergies renouvelables).

Selon ces études d’ici 2030, 34% des besoins thermiques du bloc pourraient provenir d’énergie propre. Et le pourcentage pourrait encore être augmenté en adoptant, en parallèle, de nouvelles mesures d’économie d’énergie.

L’une des opportunités les plus intéressantes dans ce domaine est offerte par les vitrages intelligents aussi nommé « Smart Windows », en construisant des solutions capables de répondre de manière innovante aux besoins qualitatifs-environnementaux.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Melbourne, en Australie, s’efforce de rendre cette technologie de plus en plus sensible aux stimulations externes et a développé un revêtement ultra-mince et léger à appliquer aux fenêtres et capable de réagir automatiquement à la chaleur et au froid.

C’est ainsi qu’on a  créé les fenêtres intelligentes avec VO2 (dioxyde de vanadium), des dispositifs capables de réguler naturellement les températures à l’intérieur d’un bâtiment.

En pratique, ils sont capables de bloquer l’entrée de la chaleur pendant l’été et la garder à l’intérieur pendant les saisons froides, en changeant leur transparence auxrayons infrarouges.

 

Image photo d'une pièce de vitrage intelligent - capacité de transparence

Vitrage intelligent

Vitrage intelligent: comment ça fonctionne?

Le dioxyde de vanadium est utilisé comme film de revêtement de la vitre: la couche appliquée est mille fois plus fine qu’un cheveu (50-150 nanomètres), totalement transparente à l’œil humain et possède des propriétés optoélectroniques ( la capacité de transformer des signaux électriques en signaux optiques et vice versa), qui réagit à la lumière et peut être contrôlée.

Alors que le revêtement est transparent pour l’œil humain, il devient réellement opaque en réagissant à tout rayonnement solaire infrarouge.

Il n’a donc pas besoin d’énergie et répond directement aux changements de température.

De plus, ces réactions peuvent être «guidées» grâce à un interrupteur, très similaire à un « variateur », qui peut être utilisé pour contrôler le niveau de transparence de la fenêtre et donc l’intensité de l’éclairage dans une pièce.

Les tests réalisés par les chercheurs montrent que les fenêtres intelligentes du VO2 sont, en termes d’énergie, 70% plus efficaces en été et 45% en hiver par rapport au double vitrage standard.

En savoir plus sur TerMus BRIDGE le logiciel pour le calcul des ponts thermiques