Tout a commencé il y a 100 ans, le Bauhaus s’affirme comme une véritable école. Il a exercé une forte influence dans le domaine des arts appliqués. Son influence artistique s’est répandue dans le monde entier et continue d’influencer les concepteurs d’aujourd’hui. Nous retracerons l’histoire de l’école du Bauhaus, où l’art et la technologie refletent une nouvelle unité

L’école du Bauhaus à Weimar est créée officiellement le 1er avril 1919. Walter Gropius lance le manifeste et le programme du Staatliches Bauhaus de Weimar, né de la fusion entre l’ancienne École des Beaux-Arts du Grand-Duché de Saxe-Weimar et l’École des Arts appliqués.

l’image représente, l’affiche et le programme de l’école Bauhaus de Lyonel Feininger crée une "Cathédrale", en bois gravé qui symbolise l'œuvre absolue et sert de couverture au Manifeste du Bauhaus

L’affiche et le programme du Bauhaus, illustrés par la gravure d’une Cathédrale de Lyonel Feininger

 

Le fondateur était le directeur de l’école, l’architecte allemand Walter Gropius.

Son objectif principal était un concept radical : réinventer le monde matériel pour refléter l’unité de tous les arts. Gropius a expliqué cette vision de l’union de l’art et du design dans Proclamation of the Bauhaus (1919), qui décrit une école mêlant l’architecture, la sculpture et la peinture dans une seule expression créative.

L’histoire de la Bauhaus : ses origines

Gropius a développé un programme d’études artisanales visant à transformer les artisans et les concepteurs capables de créer des objets utiles et beaux, adaptés à ce nouveau système de vie : Gropuis était favorable à un enseignement basé sur des ateliers pratiques que se soient pour les concepteurs et les artisans.

Les principes sur lesquels reposaient le programme du Bauhaus de 1919 avaient été anticipés par Bruno Taut dans son programme architectural de 1918 ; Bruno Taut était convaincu que l’union profonde de toutes les disciplines dans un nouvel art de la construction apporterait une nouvelle unité culturelle :

À ce stade, il n’y aura plus de frontières entre l’artisanat, la sculpture et la peinture ; tous ces aspects seront regroupés en un seul mot : Architecture

Dans la réévaluation du travail artisanal, l’école s’inspire du mouvement artistique anglais du XIXe siècle Arts and Crafts qui, contrairement au processus d’industrialisation, avait pour but d’un art capable de combiner la finalité utilitaire et la valeur esthétique. Le Bauhaus s’engage plutôt dans la recherche d’une intégration entre le produit artistique et la nouvelle réalité sociale et productive.

l'image représente l'emblème du Bauhaus réalisé par Oskar Schlemmer 1922 - Synthèse des particularités de l'école : rationalité, caractère essentiel des formes, efficacité, centralité de l'homme et de la machine

L’ emblème du Bauhaus réalisé par Oskar Schlemmer

La nécessité de mettre de côté la futilité pour faire ressortir l’essence des choses : c’est le but de cette nouvelle idéologie.

Dans la première phase du programme scolaire, l’enseignement concerne tous les arts.

Le parcours comprend un cours de base de six mois préparatoire aux années suivantes, basé sur l’expérimentation de matériaux naturels et de formes abstraites. Ce n’est que plus tard que les étudiants peuvent accéder aux cours de “ spécialisation ” d’une durée de trois ans sur une discipline artistique spécifique qui se termine par un programme de spécialisation de l’architecture et des technologies de la production en série.

Dans leur parcours scolaire, chaque élève est suivi de deux maîtres, un maître artisan pour la pratique et un pour la théorie.

l'image représente les principes de l'enseignement au Bauhaus, d'après W. Gropius (1922).

Principes de l’enseignement du Bauhaus, d’après W. Gropius (1922).

Bien que l’objectif initial de Gropius soit l’unification des arts à travers l’artisanat, certains aspects de cette approche se sont révélés économiquement peu pratiques.

Tout en maintenant l’accent sur l’artisanat, Gropius a repositionné les objectifs du Bauhaus en 1923, en soulignant l’importance de la conception pour la production en série : c’est à cette époque que l’école a adopté le slogan « Art dans l’industrie » qui en anglais est :« Art into Industry« .

Histoire de la Bauhaus : la période de Dessau

En 1925, le Bauhaus de Weimar déménage à Dessau, où Gropius conçoit un nouveau bâtiment pour continuer son école. Ce bâtiment contenait de nombreuses caractéristiques qui par la suite sont devenues les références de l’architecture moderne, notamment sa construction en ossature d’acier, la façade est un mur rideau (elle n’est pas porteuse et est constituée d’une ossature vitrée) ou ses ouvertures sont de longues baies vitrées horizontales et un plancher pivotant asymétrique, dans lesquels Gropius a réparti les bureaux, les salles de classe et les espaces administratifs pour une efficacité maximale.

une image qui représente le bâtiments scolaire de bauhaus dans la ville de Dessau

Vue en perspective – l’École du Bauhaus à Dessau

L’École Bauhaus révolutionne la philosophie de la construction, l’esthétique devient secondaire par rapport à l’usage de l’ouvrage conçu. Le travail de l’architecte consiste à analyser soigneusement les fonctions pour lesquelles le bâtiment est conçu et celles-ci deviennent fondamentales pour la forme qu’il aura.

une image qui représente la conception des bâtiments, tous reliés les uns aux autres. Le monument est ainsi formé de trois ailes : la première est destinée aux ateliers, la seconde à l’administration, et une dernière à l’école d’arts décoratifs et d’artisanat. L’établissement abrite aussi un foyer étudiant, auquel se sont greffés un théâtre, une salle de fête et un restaurant, tous répondant à la pensée de Walter Gropius : «Construire, c’est créer des événements.»

Vue axonométrique – la modélisation des trois ailes du Bauhaus à Dessau

 

Le bâtiment de l’école de Dessau, ainsi que les maisons construites pour les enseignants, deviennent rapidement l’emblème du nouveau climat rationaliste qui s’impose pour la culture architecturale européenne et une icône pour le modèle architectural en cours.

Ce bâtiment est un exemple d’architecture fonctionnelle : sa forme en double L, dans laquelle aucune partie n’est prépondérante par rapport aux autres, se caractérise par les multiples fonctions dédiées au bâtiment scolaire (salles de classe, auditorium, laboratoires, bureaux administratifs et logements pour étudiants).

Vue d'en haut - de l'école de Bauhaus à Dessau- avec sa forme en double L

Vue d’en haut – de l’école du Bauhaus à Dessau

Le bâtiment n’a pas de façade principale, mais chaque côté forme une différente façade du bâtiment.

les surface vitrées avec la structures, dont les épaisseurs sont calculée en fonction des charges agissantes sont les protagonistes, en raison de la nécessité d’éclairer le lieu de travail et, en même temps, de ne pas dissimuler ce qui se passe dans un complexe scolaire d’une société nouvelle, dans lequel tout doit être « transparent ».

L’École ne néglige aucune forme d’art ou de profession, elle enseigne de la photographie, du dessin, du collage, de l’édition et même du prêt-à-porter.

De nombreuses idées, des prototypes et des objets d’usage commun ont donné lieu à une série de succès sans précédent au cours des quatre-vingts dernières années. Le mobilier conçu à l’école Bauhaus est toujours considéré comme l’un des classiques du mobilier moderne et constitue le germe de l’actuelle design contemporain : des objets fonctionnels, aux formes géométriques simples, destinés à entrer dans les abitations des gens ordinaires et à côtoyer leur quotidien.

L’atelier d’ébénisterie était l’un des plus populaires du Bauhaus. Sous la direction de Marcel Breuer de 1924 à 1928, cette approche a reconverti l’essence même du meuble en essayant souvent de dématérialiser les formes conventionnelles telles que les chaises pour leur existence minimale.

L’atelier de textile, notamment sous la direction de la designer et tisserande Gunta Stölzl, a créé des tissus abstraits pouvant être utilisés dans des environnements Bauhaus. Les étudiants ont étudié la théorie des couleurs et le design ainsi que les aspects techniques du tissage. Mme Stölzl a encouragé l’expérimentation de matériaux non orthodoxes, comme la cellophane, la fibre de verre et le métal. Les tissus de l’atelier, ainsi que la peinture murale architecturale, ornaient les intérieurs des bâtiments du Bauhaus, offrant un intérêt visuel polychrome mais abstrait à ces espaces plutôt sévères.

Le travail de la transformation des métaux était un autre atelier réputé du Bauhaus et, avec l’atelier de menuiserie, c’était le plus grand succès dans le développement de prototypes  destinés à la fabrication en série. Dans cette étude, des designers tels que Marianne Brandt, Wilhelm Wagenfeld et Christian Dell ont créé de beaux objets modernes tels que des luminaires et de la vaisselle. Ces objets étaient parfois utilisés dans le campus du Bauhaus ; Les appareils d’éclairage conçus dans le laboratoire métallurgique ont illuminé le bâtiment Bauhaus et certains quartiers de la faculté.

Mme Brandt fut la première femme à fréquenter l’atelier de travail de la transformation des métaux et remplaça László Moholy-Nagy à la direction de l’atelier en 1928. Beaucoup de ses dessins devinrent des expressions emblématiques de l’esthétique du Bauhaus.  En une forme géométrique et sculpturale et avec ses matériaux d’argent et d’ébène, bien que jamais produite en série, la théière et passe-thé de Mme Brandt, reflète l’influence de son mentor, Moholy-Nagy, et l’accent mis par Bauhaus sur les formes industrielles. Elle a été conçu avec une attention particulière pour la fonctionnalité et la facilité d’utilisation, la buse anti-goutte au manche en ébène résistant à la chaleur.

image qui représente la théière et passe thé de 1924 en une forme géométrique et sculpturale et des matériaux d’argent et ébène, bien que jamais produite en série, la théière reflète l'influence du Bauhaus

Théière et passe thé de Marianne Brandt de 1924

 

L’atelier de typographie, bien que n’étant pas une priorité du Bauhaus au départ, est devenu de plus en plus important sous le travail de Moholy-Nagy et du graphiste Herbert Bayer, influençant grandement les tendances succéssive du graphisme.

Avant le Bauhaus, on pouvait dire que le « graphisme », tel que nous le comprenons aujourd’hui, n’existait pas encore. Grâce à l’école de Dessau, une prise de conscience sur le fait qu’il ne suffit pas de remplir une page d’images et de textes, mais aussi que la mise en page joue un rôle central dans la communication du message final.

C’est à l’école que nous devons les polices de lettres modernes et l’utilisation de couleurs expressives : nous n’aurions pas eu le ‘Futura’, l’’Helvetica’, sans le travail de Bayer sur le style des lettres et qui sait quand nous nous serions rendu compte de l’importance de la photographie dans la publicité sans le travail de Moholy-Nagy.

l image montre des lettres qui ont tee créée à l'école de la bauhaus avec un style jamais égalé

les caractère Xants  typographique de la Bauhaus

En bref, le Bauhaus en a changé le domaine de façon permanente, encourageant ses étudiants à prendre en compte les aspects psychologiques, linguistiques, économiques et visuels de leurs projets.

Les idéaux du Bauhaus, contrairement à ceux d’autres courants, n’ont pas disparu et n’ont pas été remplacés par de nouveaux mouvements : ils sont toujours en place et il suffit de faire un tour sur  internet ou de parcourir un magazine pour s’en rendre compte. Un héritage vivant et végétatif qui souligne à quel point ils étaient en avance sur leur temps.

Selon certaines recherches, l’interface graphique de Windows 8 a été fortement inspirée par le style Bauhaus.

En 1928, Gropius démissionna de ses fonctions de directeur du Bauhaus, et succédé par l’architecte  Hannes Meyer.

Meyer a maintenu l’accent mis sur la conception de masse, éliminant des parties du programme qu’il considérait comme étant de nature trop formaliste. Il a mis l’accent sur la fonction sociale de l’architecture et du design, favorisant l’attention envers le bien public plutôt que le luxe privé. La publicité et la photographie ont continué à être soulignées sous sa direction.

L’histoire du Bauhaus : la période de Berlin

Sous la pression d’un gouvernement municipal de plus en plus d’extrême droite, Meyer démissionna en 1930, et remplacé par  Ludwig Mies Van der Rohe, le théoricien de “less is more”.

Mies Van der Rohe a donné une empreinte à l’école plus disciplinaire, concentrée sur l’architecture.

Vue la situation politique de plus en plus instable en Allemagne, conjuguée à la dangereuse situation financière du Bauhaus, Mies décida de transférer l’école à Berlin en 1930, où il opéra à petite échelle. Et enfin, il ferma le Bauhaus en 1933.

l'image représente le bâtiments des archives du Bauhaus à Berlin la plus importante école de design, d’art et d’architecture du XXe siècle. Elles possèdent la plus grande collection au monde sur l’histoire et l’impact du Bauhaus

Musée de la Bauhaus à Berlin

Pendant les années turbulentes et souvent dangereuses de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses personnalités du Bauhaus ont émigré aux États-Unis, où leur travail et leur philosophie pédagogique ont influencé des générations de jeunes architectes et designers (International style).

Breuer et Gropius ont enseigné à Harvard. Josef et Anni Albers ont enseigné au Black Mountain College, et plus tard à Yale. Moholy-Nagy a fondé le New Bauhaus à Chicago en 1937. Mies van der Rohe a conçu le campus et enseigné à l’Illinois Institute of Technology.

Bien que le Bauhaus ait duré un peu plus d’une décennie, une simple considération est qu’aucune école d’architecture ou de design ne peut légitimement prétendre de ne pas avoir été influencée. Mais l’impact du Bauhaus dépasse de loin l’éducation au design : c’est un lieu conçu dès le début pour faire face à un monde en mutation rapide et pour trouver une réponse culturelle qui non seulement atténue ses transformations, mais les façonne au bénéfice de tous.

Cliquez ici pour télécharger Edificius, le logiciel de conception architecturale BIM

 

Déjà publié, l’article la célébration des 100 ans du Bauhaus : l’histoire, les événements, les icônes

affiche du centenaires de la Bauhaus 1919-2019

Affiche du centenaires de la Bauhaus 1919-2019