Un guide d’introduction pour la conception d’un supermarché

La conception d’un supermarché : les lignes guides, les normes, les conseils pratiques et un exemple BIM à télécharger


Parler de la conception d’un supermarché ne signifie pas se limiter, comme c’est parfois le cas, à considérer uniquement la meilleure solution pour la présentation des produits sur les rayons : la conception doit en effet concerner l’aspect distributif et organisationnel des espaces d’utilisation.

D’où la nécessité d’étudier et d’analyser plusieurs facteurs qui, à première vue, ne semblent pas être corrélés entre eux et le projet : l’aspect technique, celui du marketing, social, psychologique. Tous ces facteurs interviennent à parts égales, optimisant ainsi l’intervention de la conception.

Dans cet article, nous verrons les étapes à suivre dans la conception d’un supermarché : à partir de la norme de référence à la distribution des espaces et les différents types d’organisation qui en découlent ; en conclusion, nous verrons un exemple pratique de la conception d’un supermarché, accompagné d’exemples vidéo et de diapositives et la possibilité de télécharger les fichiers de la modélisation 3D.

Une diapositive de l’entrée d'un supermarché avec en premier plan les chariots et on aperçois les différents rayons ,issu de Edificius logiciel de conception architecturale 3D BIM.

Rendu de l’entrée du supermarché issu du logiciel Edificius

La distribution et l’organisation des espaces dans la conception d’un supermarché

Dans la conception d’un supermarché, l’objectif est de rationaliser l’organisation des espaces intérieurs afin de maximiser les ventes.

C’est la raison pour laquelle, il est nécessaire de connaître et d’interpréter les habitudes des consommateurs de manière à mettre en œuvre des choix qui peuvent augmenter les achats de la part des clients.

Zone fonctionnelles

Zones fonctionnelles

Il est bien clair et que la disposition des meubles influences significativement le comportement des gens lors de leurs achats.

Pour cette raison, l’objectif doit être d’immerger le client dans un sentiment de bien-être, de prolonger sa présence au supermarché et d’encourager le nombre d’achats non-programmés, ce qu’on appelle les  » achats instinctifs « .

Ci-dessous, l’on trouve les principaux modèles qui peuvent être utilisés dans la conception d’un supermarché.

Modèle en grille

Lors de la conception d’un supermarché, l’aménagement le plus pratique est la représentation d’un modèle à grille.

Il s’agit d’un type de distribution qui présente les étalages en parallèle les uns aux autres et disposés de manière linéaire, créant en effet une grille.

C’est le système le plus utilisé, surtout dans le secteur alimentaire, car il donne au vendeur de nombreux avantages qui rendent l’ensemble du processus de vente plus efficace : il est possible d’obtenir une optimisation de l’espace qui tend à garantir une plus grande disponibilité des produits pour le client et, au vendeur, une augmentation possible des gains.

Un autre avantage important est la simplification des aspects logistiques, car elle facilite, par exemple, le réapprovisionnement des rayons et le contrôle des différents produits présents.

D’autres aspects positifs concernent les déplacements du consommateur entre les différents rayons ; il est possible de se déplacer et de s’orienter facilement dans les différents étalages, en créant moins d’inconvénients sur le  » trafic  » et en réduisant les encombrements, ses des aspects doivent être bien gérés sinon ils peuvent compromettre l’image de l’entreprise et donc affecter les profits.

Toutefois, ce schéma comporte également des aspects négatifs qui peuvent affecter les ventes ou la fréquentation de des clients.

L’extrême rationalisation des environnements détermine que les rayons soient toujours organisés de la même manière, avec un minimum de variations dans le temps. Ceci permet une mémorisation facile de la part des clients qui ont tendance à conclure leurs achats programmés en moins de temps, évitant ainsi les  » achats instinctifs « .

Un autre aspect négatif peut être représenté par l’excessive monotonie de la distribution, due à des problèmes logistiques, qui pourrait rendre l’expérience plus frustrante pour les consommateurs et, surtout, communiquer un sentiment de majeur importance accordée aux besoins de l’offre qu’aux intérêts de la demande.

Modèle en îlot

Il s’agit d’une méthode d’organisation plus récente et plus innovante vis-à-vis du modèle en grille.

Ce type de distribution implique la présentation de produits disposés sur des palettes ou autres supports situés en différents points du supermarché. Généralement, ce modèle est utilisé par de petits magasins spécialisés, ou par des magasins de niche qui ont tendance à donner, dans le détail, un caractère personnel de distinction à la propre activité.

L’aspect positif de ce modèle est une plus grande liberté pour le client, qui dispose d’un parcours libre et sans encombre qui lui permet d’observer tous les produits disposés dans des zones homogènes. Cette disposition rend le client plus motivé pour visiter l’ensemble du magasin et, avec les produits assortis par type de besoin, favorise une augmentation des achats non-programmés (l’un des principaux objectifs du vendeur). Il faut également garder à l’esprit que ce modèle met le client au premier plan, en répondant pleinement à ses besoins.

De négatif, il y a l’organisation et la gestion des espaces et des produits. En effet, il en résulte :

  • une optimisation mineur de l’espace en comparaison de la disposition en grille, en terme de surface égale, il est possible de disposer un nombre mineurs d’étalages
  • des coûts logistiques plus élevés, en particulier pour la gestion et l’organisation des rayons.

Modèle en anneau

Il s’agit d’un système d’organisation peu utilisé dans la conception d’un supermarché.

Il s’agit d’un corridor principal à anneau qui va de l’entrée jusqu’à la caisse, avec des parcours secondaires qui bifurquent vers la partie centrale, pour permettre au client de voir tous les étalages. Cet  » anneau  » tend à occuper toute la surface du point de vente, tandis que les parcours secondaires sont organisés de manière à tirer le meilleur parti de tous les rayons et à éviter la foule à certains endroits.

Modèle mixte

Au-delà de ça, il est possible d’imaginer des systèmes mixtes qui intègrent différents types entre eux, afin d’exploiter et d’accroître les avantages des modèles examinés.

C’est le cas du système mixte entre « grille » et « îlot », dans lequel la rationalité et la simplicité de l’organisation de la grille s’allient à la disposition novatrice de l’îlot.

Il est important de préciser que dans la conception d’un supermarché, il n’existe pas de modèle meilleur par rapport à un autre, ou qui s’avère toujours valable ; l’objectif commercial de l’activité doit prévaloir sur tout le reste, en tenant dûment compte les mesures et les dimensions.

Les dimensions et les conseils

Il existe plusieurs normes nationales et réglementations locales qui régissent la conception d’un supermarché en termes de surface.

Le texte unique sur la santé et la sécurité au travail et les règlements municipaux en matière de construction contiennent un certain nombre de prescriptions nécessaires pour assurer un environnement confortable aux clients et aux travailleurs. À cet égard, il convient de souligner quelques informations utiles pour la conception d’un supermarché :

  • hauteur utile pour les locaux de nouvelles constructions ≥ 3,00 m ;
  • hauteur utile pour les locaux qui ne sont pas des nouvelles constructions ≥ 2,70 m ;
  • hauteur minimale des voies et de sorties de secours – 2,00 m ;
  • les voies et les sorties de secours doivent être dégagées de tout obstacle ;
  • largeur des portes de secours ≥ 0,80 m (le dimensionnement dépend de l’affluence du local) ;
  • prévoir des vestiaires et des toilettes pour le personnel ;
  • surface de mezzanines utilisées pour la vente ≤ 2/3 de la surface du local ;
  • hauteur utile minimale au-dessus et au-dessous de la mezzanine ≥ 2,40 m (pour les toits en pente, la hauteur moyenne ≤ 2,20 m) ;
  • profondeur de la mezzanine ≤ 2,5 fois ls plus basses des hauteurs mentionnées ci-dessus.

En ce qui concerne la largeur des corridors entre les différents rayons, il est utile de considérer les aspects qui permettent aux clients de s’arrêter et de porter attention aux marchandises même en cas d’affolements des étalages, l’espace disponible et, surtout, que l’on veut dédier à cette fin.

La diapositive donne différents exemples sur le passage des personnes dans les allés avec avec des passages avec chariots ou un passage avec des personnes en fauteuil roulant

Schéma explicatif des passages entre les personnes

En principe, il faut tenir compte des encombrements générales de chacune des personnes et de l’ameublement :

  • personne qui marche dans le corridor – 0,60 – 0,90 m;
  • personne se tenant devant un étalage – 0,75 – 0,90 m;
  • personne avec chariot pour les courses – 0,75 – 0,90 m;
  • personne en fauteuil roulant ≤ 0,90 m;
  • largeur de l’étalage – 0,80 m;
  • largeur d’armoire frigorifique – 0,90 m;
  • largeur de vitrine réfrigérée – 1,40 m;
  • largeur de l’îlot réfrigérateur – 1,40 m;
  • largeur du conteneur de l’îlot – 1,20 – 1,40 m;
  • largeur du comptoir – 0,60 – 0,90 m;
  • largeur de rayonnage – 0,80 m.

En suivant ces instructions, il est possible de concevoir un supermarché au mieux.

La conception d’un supermarché : un exemple pratique

L’exemple que nous proposons est la conception d’un supermarché insérée dans le tissu urbain, précisément au rez-de-chaussée d’un immeuble résidentiel.

La surface se développe sur un seul niveau, organisée selon les différentes fonctions qui composent la structure et qui sont énumérées ci-dessous.

Une vue en plan de la disposition du supermarché avec son entrée, ses caisse enregistreuse

Vue en plan issue d’Edificius

L’intérieur du local a été conçu pour créer un parcours en « U », afin de permettre au consommateur de voir le plus de produits possibles. Pour cette raison, l’entrée et la sortie sont du même côté.

Les chariots du supermarché se trouvent dans un espace dédié à l’entrée. Le parcours se déploie le long des allées disposé en 6 rangées parallèles de 1,80 m de large, dans lesquelles sont présentés les différents produits à vendre.

Au final, le comptoir pour les charcuteries et les fromages, également dimensionné de manière à garantir un espace confortable pour les employés. Derrière le comptoir de charcuterie, à l’arrière du bâtiment et séparés du reste du magasin, se trouvent les zones réservées aux employés, c’est-à-dire l’entrepôt, un petit bureau, le vestiaire et les services sanitaires.

À la fin du parcours, sont allouées les caisses enregistreuses, positionnées directement vers la sortie afin de faciliter la sortie des clients et d’éviter des affolements inutiles.

 

Télécharger

Télécharger la modélisation 3D BIM (fichier .edf) du projet

Diapositives

Vidéo

edificius
edificius