Home » CDE et plateformes collaboratives » Filière du BIM et le secteur de la construction : surmonter la fragmentation dans le secteur de la construction

BIM et le secteur de la construction

Filière du BIM et le secteur de la construction : surmonter la fragmentation dans le secteur de la construction

Découvrez comment l’IFC, le BIM et l’openBIM peuvent révolutionner la gestion des données et des processus dans le secteur de la construction. Approfondissez le fonctionnement des classes, des relations et des propriétés, et comment tout se traduit dans un jumeau virtuel.

Dans le domaine de l’ingénierie et de la construction, l’adoption de nouvelles technologies est essentielle pour améliorer l’efficacité et la gestion des projets. Le BIM, l’openBIM et l’IFC sont des méthodes et des structures de données qui parviennent à garantir une uniformité dans la description informative d’une construction et du processus d’échange de données qui lui est associé.

Cela permet à quiconque de comprendre immédiatement quelles sont les informations liées à une œuvre et quelles sont les bonnes méthodes et les phases de leur mise en œuvre. Ce sont des éléments qui permettent de surmonter la fragmentation qui a toujours caractérisé le secteur de la construction. Dans cet article, nous explorerons l’utilisation de l’IFC (Industry Foundation Classes), du BIM (Building Information Modeling) et de l’openBIM pour optimiser la structuration des données et des processus dans le secteur.

BIM et secteur de la construction : la structure des données avec l’IFC

L’IFC est un format standard ouvert pour l’échange de données BIM et vise à faciliter la collaboration entre les différents acteurs du secteur de la construction. Le format permet de produire des fichiers qui incluent des informations géométriques sur diverses entités de composants de construction « simples » ainsi que toutes les données qui leur sont associées et des informations alphanumériques spécifiant leurs paramètres, propriétés physiques et informations de construction de l’ensemble de l’œuvre.

Toutes les informations appartenant au fichier sont organisées via des systèmes de classification qui divisent et distribuent les objets en catégories et sous-catégories.

Classes dans l’IFC

L’IFC fonctionne à travers une série de classes qui regroupent les caractéristiques spécifiques des différents éléments : ces classes peuvent représenter des objets, des relations ou des propriétés. En d’autres termes, en simplifiant, les différentes classes d’objets décrivent les composants (réels) d’une construction, tels que des murs, des planchers, des fenêtres, etc. Ces objets sont interconnectés via des relations et sont caractérisés par des attributs ou paramètres spécifiques ; l’un d’entre eux, par exemple, est un code de classification, relevant d’un système de classification prédéfini.

Parmi les systèmes de classification les plus connus, on trouve SfB, UniFormat, MasterFormat, UniClass et OmniClass. Dans la courte vidéo ci-dessous, nous pouvons voir la classification OmniClass : à quoi elle sert, comment l’utiliser pour classer et ajouter des informations aux entités d’un modèle IFC, comment le faire avec un éditeur en ligne.

Pour en savoir plus sur la classification IFC, lisez «IFC et systèmes de classification dans le secteur de la construction».

Attributs et Property Set

Dans l’IFC, ce sont les propriétés qui déterminent la nature des éléments, à travers les différentes relations possibles entre les entités. Les objets sont décrits à travers des attributs et des ensembles de propriétés qui définissent les caractéristiques des objets, permettant une description détaillée de leur comportement. Par exemple, un mur pourrait avoir des attributs indiquant son épaisseur, son matériau et sa position dans le projet. Si vous souhaitez approfondir ce sujet et en savoir plus sur ce qu’est un IfcPropertySet, à quoi cela sert, comment ajouter ou modifier des propriétés à vos objets IFC, je vous recommande l’article «IfcPropertySet: les propriétés des objets IFC».

Relations entre objets

Les relations dans l’IFC représentent les liens et les réciprocités entre les objets. Ces relations sont fondamentales pour comprendre comment les différents éléments d’une construction interagissent entre eux. Par exemple, un mur peut être connecté à un plan, indiquant sa position à l’intérieur du bâtiment.

Mise en œuvre de l’openBIM dans le secteur de la construction

openBIM est une méthode de travail basée sur des normes ouvertes et sur l’interopérabilité entre les disciplines spécialisées intervenant dans le cycle de vie d’une œuvre. Il s’agit d’une approche visant à améliorer la collaboration entre les différents acteurs impliqués dans un projet et est essentielle pour standardiser les informations et les processus.

Standardisation des informations

L’objectif principal de openBIM est de standardiser les informations générées lors de la conception et de la construction d’un bâtiment. Cela signifie que les données sont structurées de manière uniforme, facilitant l’accès et l’interprétation par tous les intervenants : une interopérabilité transparente garantit le partage fiable et la gestion optimisée des données, renforçant l’efficacité du projet.

Standardisation des processus

openBIM ne se limite pas à la standardisation des informations, mais vise également à réglementer les processus de partage d’informations et la collaboration entre différentes équipes. En permettant une synergie entre différentes phases du projet et en améliorant la communication et l’efficacité grâce à des données interconnectées et partagées en temps réel, openBIM garantit une gestion plus efficace des projets et une meilleure qualité des informations produites.

Les avantages de collaboration avec l'équipe de projet en IFC openBIM

Les avantages de collaboration avec l’équipe de projet en IFC openBIM

 

Pour réussir la mise en œuvre d’openBIM dans les entreprises de construction, il est essentiel d’investir dans la formation du personnel et de choisir les bons outils. Investir dans la formation est essentiel pour tirer pleinement parti des avantages de cette technologie : il existe des cours en ligne dédiés à la formation d’experts en openBIM, offrant un savoir-faire de premier ordre. Il est également essentiel de sélectionner les outils logiciels les plus adaptés aux besoins de l’entreprise et du projet. Il existe différentes solutions BIM sur le marché, certaines spécifiques à des secteurs particuliers du bâtiment : il est important d’évaluer attentivement les caractéristiques et les fonctionnalités de chaque logiciel, en tenant compte de la compatibilité avec l’IFC et les autres applications utilisées par les partenaires du projet.

Surmonter la fragmentation du secteur de la construction avec le BIM : le «jumeau numérique»

Le BIM guide la numérisation du secteur de la construction, en utilisant des modèles multidisciplinaires et des collaborations cloud pour informer la conception et la gestion des ressources construites, ainsi que des installations à l’intérieur. Les jumeaux numériques exploitent pleinement le potentiel du BIM, en connectant données et processus avec une gestion dynamique, en temps réel et bidirectionnelle des informations. Tout cela est rendu possible notamment grâce à l’openBIM, c’est-à-dire un système de données ouvertes avec lequel chaque opérateur, avec n’importe quel appareil et à n’importe quelle phase de la vie de la construction, peut enrichir la structure de données du modèle.

Mais qu’est-ce qu’un jumeau numérique ? 

Le jumeau numérique est défini comme «un modèle virtuel conçu pour refléter avec précision un objet physique» : en pratique, un jumeau numérique (ou digital twin ) est la version numérique et dynamique d’un objet physique ou d’un environnement, tel qu’une voiture ou un bâtiment. Plus qu’un simple modèle 3D, c’est un ensemble de données qui prend naissance lors de la planification (et qui se met à jour progressivement dans le temps) et accompagne chaque phase de la vie d’un ouvrage/produit, de la conception à l’utilisation, jusqu’au retrait. Ainsi, le jumeau numérique rassemble toutes les informations de l’œuvre et sert de ressource centrale pour sa gestion et son suivi ; contrairement aux modèles statiques, il évolue en temps réel, apprend et communique avec son homologue physique via l’IA, l’apprentissage automatique et l’IoT.

L’interaction entre le jumeau numérique et l’approche méthodologique du BIM représente une ressource puissante pour les professionnels du bâtiment, offrant un large éventail d’avantages tant dans la conception que dans la gestion opérationnelle des environnements physiques. On comprend dans cette optique, l’importance de l’openBIM comme nous l’avons déjà souligné. L’intégration de ces deux technologies amplifie de manière significative les avantages obtenus : 

  • réduction du temps nécessaire pour collecter les mesures et allouer les ressources ;
  • augmentation de la productivité et de la collaboration ;
  • réduction des coûts et des délais associés aux visites fréquentes sur site ;
  • visualisation du bâtiment non seulement dans la phase de conception, mais tout au long de son cycle de vie, renforçant ainsi les décisions prises à chaque étape.

Découvrez également comment créer un jumeau numérique en 3 étapes simples dans l’article «Comment créer un modèle de jumeau numérique : le guide étape par étape».

BIM et Jumeau numérique

BIM et jumeau numérique

 

 

 

usbim
usbim