Comment faire un relevé architectural : qu'est ce que c'est et comment l'exécuter correctement

Comment faire un relevé architectural : qu’est ce que c’est et comment le réaliser correctement

Le relevé architectural est le processus qui vous aide à comprendre et à documenter graphiquement les caractéristiques d’un bâtiment. Découvrez tous les détails !

Lorsque l’on travaille sur le patrimoine bâti existant, la première étape à franchir avant de passer à la phase de conception est d’effectuer un relevé architectural du bâtiment à récupérer, réhabiliter ou requalifier.

Ce processus important vous permet non seulement de créer une représentation graphique précise de l’ouvrage en question, mais vous aide également à évaluer ses caractéristiques qualitatives et quantitatives et à faire les choix de conception les plus appropriés au contexte d’intervention.

Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, continuez à lire l’article et nous vous aiderons à découvrir la signification et l’importance du levé architectural, les techniques utilisées (des plus traditionnelles aux plus innovantes intégrées au Building Information Modeling) et les méthodes opérationnelles pour mettre en œuvre correctement un processus de relevé.

Qu’est-ce qu’un relevé architectural

Le terme relevé architectural (en anglais architectural survey) désigne l’ensemble des investigations et des opérations visant à identifier les qualités et les caractéristiques d’un bâtiment et à les restituer sous forme graphique afin de documenter :

  • l’état de conservation de l’ouvrage ;
  • le diagnostic des fissures ;
  • les matériaux utilisés dans la construction ;
  • les systèmes constructifs adoptés ;
  • les parties réalisées à des moments différents ;
  • les transformations par rapport à l’original.

Le relevé architectural, donc, est un processus qui doit conduire à une connaissance approfondie de l’ouvrage en question, en mettant en évidence les aspects significatifs non seulement du point de vue géométrique, mais aussi du point de vue morphologique, technologique et structurel, avec une attention particulière aux techniques et aux matériaux de construction utilisés, aux conditions de dégradation et aux relations avec le contexte urbain.

Pourquoi les relevés sont importants en architecture

Grâce à leur fonction cognitive, les relevés architecturaux jouent un rôle fondamental dans les projets qui prévoient d’intervenir sur le bâtiment et constituent la base d’informations nécessaires pour soutenir les phases de conception ultérieures.

Un relevé correctement effectué vous permet de représenter graphiquement un ouvrage dont vous ne possédez pas la documentation adéquate, ou dont vous possédez des informations inexactes ou obsolètes en raison de transformations ou de modifications ultérieures au fil du temps.

Grâce au relevé architectural et à la connaissance détaillée du bâti, le concepteur pourra : 

  • s’appuyer sur un point de départ solide pour développer l’idée de conception : le relevé est principalement utilisé dans la conception d’interventions de restauration et constitue une base fiable pour la conceptualisation du projet et le développement de toutes les opérations ultérieures ;
  • fournir des informations plus précises: la documentation graphique constitue un support dimensionnel indispensable pour toutes les recherches préliminaires effectuées dans le cadre d’une conception correcte (telles que les enquêtes structurelles, les diagnostics des lésions, l’installation géométrique originale, la verticalité et l’horizontalité des structures, etc.) ;
  • éviter les erreurs et les omissions: le relevé architectural fournit une image exhaustive et détaillée du corps du bâti et de ses caractéristiques dimensionnelles, en identifiant et en enregistrant de la manière la plus appropriée les situations de construction particulières et les caractéristiques spécifiques de défaillance des structures ou de dégradation des matériaux.

Quelles sont les types de relevé architectural

En fonction des instruments et des procédures utilisés dans le relevé architectural, il est possible de distinguer les méthodologies opérationnelles suivantes :

  • Relevé direct : il est effectué par l’opérateur à l’aide d’instruments de mesure ou d’alignement simples (tels que le mètre, les tiges métriques, le fil à plomb, les niveaux, etc.) et prévoit des opérations de mesure en contact direct avec le bâtiment à documenter. Les mesures relevées sont annotées sur une simple feuille de papier, sur laquelle figure également une esquisse approximative du bâtiment, qui pourra ensuite être transformée en une représentation plus précise. Dans la plupart des cas, le relevé direct est utilisé comme base à compléter avec les autres procédures.
  • Relevé indirect ou instrumental: il est effectué à l’aide d’instruments topographiques (tels que stations totales, niveaux, distancemètres, etc.) et implique une série de calculs plus ou moins complexes afin d’obtenir une traduction graphique des objets détectés au sein d’un système de coordonnées spatiales. Basé sur la collimation visuelle de points, le relevé instrumental est utilisé pour effectuer des relevés de précision, même dans le cas de zones très étendues ou de points inaccessibles.
  • Relevé photogrammétrique: il est réalisé à l’aide de caméras et d’outils numériques, qui permettent d’extraire des images des informations permettant de construire directement un modèle géométrique de l’objet.

Aux techniques qui viennent d’être illustrées s’ajoute également la récente innovation technologique des relevés effectués avec des scanners laser 3D. Le scanner laser est un outil qui permet d’acquérir numériquement la forme et la position d’un objet, en le décrivant à travers un nuage de points, pour chacun desquels la position spatiale est identifiée selon un système de coordonnées x, y et z, centré sur la position du scanner. Le relevé au laser scanner permet de documenter l’état existant d’un ouvrage de toute complexité et dimension, de manière complète, rapide et extrêmement précise.

Relevé avec scanner laser

Relevé avec scanner laser

Bien sûr, le choix de la méthode de relevé la plus appropriée avec laquelle opérer varie en fonction :

  • des caractéristiques dimensionnelles et qualitatives de l’objet à détecter ;
  • des finalités pour lesquelles le relevé est effectué ;
  • l’accessibilité des points.

Cependant, il faut tenir compte du fait que les techniques numériques avancées, telles que la photogrammétrie et le scanner laser 3D, permettent de mettre en œuvre les flux de travail Scan to BIM, terme qui désigne un processus visant à créer le modèle BIM d’un bâtiment existant directement à partir du nuage de points obtenu par le relevé numérique 3D, importé dans des logiciels BIM approprié pour la modélisation numérique.

Les processus Scan to BIM sont utilisés, par exemple, pour intervenir sur des bâtiments d’intérêt historique, concevoir des interventions de récupération, de requalification ou de rénovation, contrôler l’état d’avancement des travaux sur les chantiers, numériser les ouvrages existants pour le facility mangement.

Scan to BIM : du nuage de points au modèle BIM

Scan to BIM : du nuage de points au modèle BIM

Si vous vous occupez de processus BIM destinés à la récupération du patrimoine immobilier existant et que vous souhaitez profiter des avantages d’un flux de travail Scan to BIM, faites confiance à un logiciel Point Cloud to BIM rapide et puissant, qui, avec des étapes simples, vous aide à transformer votre nuage de points (même de grande taille) en modèle BIM correspondant, réduisant considérablement le temps de modélisation.

Comment planifier un relevé architectural

Pour effectuer correctement un relevé architectural, il est nécessaire de planifier soigneusement les actions à effectuer et d’élaborer un véritable projet de relevé qui décrit en détail ce qu’il faut détecter et comment le détecter (en précisant, par exemple, le choix des équipements, les points de référence, les distances et les directions de prise, etc.).

A travers une première inspection (en reconnaissance) on pourra évaluer en un coup d’œil la forme et la volumétrie du bâtiment, la distribution interne, les caractères architecturaux et décoratifs, et le rapport avec le contexte. À ce stade, déjà, il convient de produire une première documentation photographique, c’est-à-dire des esquisses simplifiées du bâti à utiliser comme base sur laquelle prendre note des informations constatables à vue.

Parallèlement aux opérations préliminaires menées sur le terrain, une recherche sur la documentation historique et d’archives pourra être développée afin de trouver des informations utiles sur la genèse du bâtiment et sur les transformations qui l’ont intéressé au fil des ans. Les résultats de l’enquête historique pourront être croisés avec les informations recueillies directement sur le bâtiment lors des inspections ultérieures.

Sur la base des informations acquises, le projet d’enquête est établi, précisant le type d’enquête à obtenir en fonction de la finalité et de l’utilisation ultérieure, le niveau de détail requis, le type d’informations à rapporter, etc.

Grâce à une deuxième série d’inspections, il sera donc possible d’effectuer les opérations pertinentes proprement dites qui, selon les cas, pourront consister en des acquisitions photographiques, des mesures directes, des relevés au laser scanner, etc.

La dernière étape du processus de relevé consiste à traiter les données acquises (comme, par exemple, le nuage de points obtenu par balayage laser) à l’aide de logiciels et d’outils capables de renvoyer le modèle géométrique et la représentation graphique du bâtiment détecté.

 

 

usbim-pointcloud
usbim-pointcloud