Home » BIM et Performance énergétique » Isolation thermique interne : tous les avantages et les inconvénients

Isolation thermique intérieur

Isolation thermique interne : tous les avantages et les inconvénients

L’isolation thermique interne implique l’ajout d’une couche de matériau isolant sur les parties internes du bâtiment. Types et avantages


Ces dernières années, l’attention portée à la performance énergétique des bâtiments a considérablement augmenté, incitant des professionnels du bâtiment tels que les entrepreneurs, les architectes et les ingénieurs à rechercher des solutions innovantes pour améliorer l’isolation thermique des bâtiments.

Aujourd’hui, lorsque l’on parle d’isolation thermique, en particulier de isolation thermique, on pense immédiatement à celui à l’extérieur, une méthode certainement efficace, surtout lorsqu’elle est appliquée de manière continue pour couvrir toutes les surfaces qui dissipent de la chaleur.

Mais que faire lorsque, pour des contraintes urbanistiques, condominium ou techniques, il n’est pas possible d’isoler extérieurement un appartement ou un bâtiment ? 

Dans ces cas, l’isolation thermique interne représente une solution efficace et économique pour réduire les pertes de chaleur et améliorer le confort de vie.

Avec cet article, nous comprendrons mieux de quoi il s’agit et quels sont les avantages et les inconvénients liés à son utilisation.

Qu’est-ce que une isolation thermique interne ?

Appliquer une isolation thermique interne consiste à appliquer une couche de matériau isolant, d’épaisseur variable, sur les surfaces verticales, horizontales ou obliques internes d’un bâtiment, afin d’améliorer son comportement thermique, en réduisant les pertes et en abaissant les coûts énergétiques.

En général, cette solution est choisie lorsque : 

  • il n’est pas possible d’intervenir sur les surfaces extérieures du bâtiment en raison de contraintes architecturales, paysagères, urbanistiques ou condominium ;
  • le bâtiment est adjacent à d’autres constructions ou a des espaces extérieurs réduits rendant difficile l’application de travaux extérieurs et l’installation d’échafaudages ;
  • les murs extérieurs sont ventilés ou ont des revêtements difficiles à éliminer.

Bien entendu, la mise en place d’une isolation thermique est une opération délicate qui doit être réalisée avec soin, en utilisant des techniques et des matériaux appropriés, pour maintenir des conditions de confort thermique optimales à l’intérieur des locaux.

Types de isolation thermique interne

En ce qui concerne l’isolation thermique interne, trois types peuvent être identifiés : 

  1. à sec ;
  2. en panneaux ;
  3. en mousse.

1. Isolation interne sèche

L’isolation interne sèche est réalisée en juxtaposant une paroi sèche directement sur la surface interne. Une des solutions les plus couramment adoptées consiste à réaliser des structures ossature métallique (avec des profils en U et en C) entre lesquelles des interstices permettent d’insérer n’importe quel type d’isolant.

La contre-paroi ainsi réalisée est généralement complétée par une couche imperméable, puis par des panneaux de plaques de plâtre qui finissent et lissent la structure.

Ce type d’isolation est peu recommandé pour les espaces intérieurs étroits, car l’épaisseur de la structure, qui peut atteindre plus de 10 cm, entraîne une diminution significative du volume utile du bâtiment.

2. Isolation interne en panneaux

L’isolation interne en panneaux consiste à coller des panneaux composés de matériaux à faible conductivité directement sur les murs ou les dalles à isoler, naturellement du côté intérieur. Il n’est souvent même pas nécessaire de recouvrir ces panneaux de plaques de plâtre, car ils peuvent être directement chevillés puis finis avec un treillis, du plâtre, du plâtre et de la peinture.

Pour réaliser l’isolation en panneaux, on privilégie généralement les matériaux rigides.

3. Isolation interne en mousse

L’isolation interne en mousse est généralement réalisée lorsqu’on traite un bâtiment avec une maçonnerie extérieure creuse. En particulier, lorsque l’isolation est insufflée à l’intérieur des murs, on parle d’isolation en interstice.

Le mur à cavité, communément appelé aussi «à cassette» ou «à puits de lumière», est une structure présentant un interstice d’air entre le parement extérieur et le parement intérieur. L’interstice d’air non ventilé se comporte comme une couche isolante et a également pour double fonction d’empêcher le passage de l’humidité à l’intérieur du bâtiment.

L’insertion de l’isolation en mousse par insufflation est souvent réalisée en pratiquant des trous dans le mur, ce qui la rend partiellement invasive. Il est également important de s’assurer que la mousse est entièrement insérée dans l’interstice pour garantir l’efficacité de l’isolation.

Types de revêtement thermique intérieur

Types de revêtement thermique intérieur

Quels sont les matériaux les plus utilisés pour l’isolation thermique interne ?

Pour l’isolation thermique interne, une multitude de matériaux isolants peuvent être utilisés, qu’ils soient naturels, minéraux ou synthétiques. Habituellement, le choix est influencé par le type d’intervention réalisée : 

  • si l’on opte pour une isolation sèche, de la laine de roche ou de verre est souvent utilisée, éloignant la moisissure et l’humidité et isolant également acoustiquement ;
  • si l’on choisit l’isolation en panneaux, l’utilisation de panneaux en liège est excellente, un matériau naturel, durable et renouvelable qui est également un excellent antimicrobien et anti condensation car il est hautement perméable. Parmi les matériaux les plus utilisés figurent également le polystyrène et la mousse de polyuréthane expansée ;
  • si l’on réalise une isolation en mousse, des matériaux initialement liquides comme la résine polyuréthane, la résine uréique ou la résine formo-phénolique sont généralement utilisés.

Avantages et inconvénients d’une isolation thermique interne

L’installation d’une isolation thermique à l’intérieur de la maison présente, bien sûr, des avantages et des inconvénients.

Les principaux avantages que l’on peut citer sont : 

  • la réduction des consommations énergétiques, avec une économie économique conséquente sur la facture ;
  • un meilleur confort de vie grâce à une excellente isolation thermique ;
  • l’amélioration de la classe énergétique du logement ;
  • une réévaluation de la propriété sur le marché lorsque celle-ci passe à une classe énergétique supérieure.

Il convient de préciser que la pose d’une isolation interne est en soi une opération simple à réaliser, car elle ne nécessite pas de demandes de permis, de démarches administratives et d’attente d’autorisations, et présente des coûts globaux nettement inférieurs à ceux de la réalisation d’une isolation thermique, et a l’avantage de pouvoir être réalisée sur des pièces individuelles d’un bâtiment.

L’isolation thermique agit également sur l’isolation acoustique, garantissant un meilleur confort de vie.

En revanche, l’isolation thermique interne est une opération délicate, en général moins performante que l’isolation thermique et constitue une solution moins efficace dans la gestion des ponts thermiques, c’est-à-dire ces points de discontinuité où se manifestent des déviations du flux thermique, en outre, elle réduit l’espace de vie interne.

Il est également important de tenir compte du fait que certaines types d’isolation interne peuvent même favoriser la formation de condensation interstitielle entre la couche isolante et le mur existant : la pose de certains types de panneaux ou l’insertion d’une isolation thermique dans des environnements très humides comme les salles de bains, par exemple, conduit à la formation de moisissures.

Il est donc évident que la conception correcte de l’isolation thermique d’un bâtiment est une phase cruciale pour garantir des résultats optimaux en termes d’efficacité énergétique et de confort de vie. Avant de procéder à l’installation d’une isolation thermique interne, il est donc fondamental de réaliser une analyse détaillée du projet de construction.

Pour garantir une isolation interne correcte, il est indispensable d’analyser attentivement la structure du bâtiment pour identifier la meilleure condition de pose et le type de matériau à utiliser qui peut constituer la meilleure solution de conception. Il est essentiel de prendre en compte une multitude de paramètres, en premier lieu la conductivité thermique du matériau isolant.

De cette manière, le choix du type d’isolation est basé sur des analyses et des études conscientes, sur des simulations fiables et sur des conceptions thermiques optimales qui éviteront les problèmes futurs des bâtiments.

 

termus-plus
termus-plus