Home » BIM et Architecture » Les types d’erreurs de conception et les responsabilités

Les types d'erreurs de conception et responsabilités

Les types d’erreurs de conception et les responsabilités

Les erreurs de conception ont un impact négatif sur la qualité, la sécurité, les délais et les coûts de réalisation d’un projet. Découvrez quels sont-ils et comment les éviter !

Réaliser le projet d’un ouvrage est en soi un travail complexe, mais il devient encore plus difficile si l’on se trouve confronté à de nombreuses erreurs de conception, qui peuvent causer des problèmes de sécurité, déterminer le dépassement des temps et des coûts de construction et avoir un impact négatif sur la qualité du résultat final.

Heureusement, par rapport au passé, des technologies de conception avancées, telles que le Building Information Modeling, ont été introduits, ce qui réduit considérablement les erreurs et les imprécisions dans la phase de conception. Cependant, il est impossible d’éliminer complètement la possibilité de commettre des erreurs, c’est pourquoi un outil permettant de les résoudre efficacement devient indispensable. Si vous envisagez d’ores et déjà d’adopter une méthode pour rendre votre conception plus sûre et plus fiable, vous pouvez commencer par essayer un logiciel gratuit de gestion des erreurs de conception.

Dans cet article, nous approfondissons les questions liés aux erreurs de conception à travers quelques exemples concrets, nous analysons les responsabilités et les outils utiles pour les éviter.

Résolution des interférences géométriques issues du logiciel usBIM.clash

Résolution des interférences géométriques issues du logiciel usBIM.clash

Qu’entend-on par erreurs de conception

Les erreurs de conception se réfèrent aux erreurs, omissions ou irrégularités que les professionnels du bâtiment (ingénieurs, architectes et géomètres) peuvent commettre par inadvertance pendant la phase de réalisation d’un projet, affectant la sécurité, la fonctionnalité et la qualité du résultat final.

Les causes qui conduisent à commettre ces erreurs sont principalement :

  • la complexité excessive de certains projets de construction ;
  • le manque d’expérience ou de compétences des professionnels chargés de la rédaction du projet ;
  • une connaissance peu approfondie des réglementations techniques et sectorielles ;
  • le manque de coopération entre les parties prenantes ;
  • la négligence, l’imprudence ou l’inattention des concepteurs eux-mêmes.

Les imprécisions et les erreurs commises lors de la conception peuvent entraîner des retards dans l’exécution des travaux et entraîner la nécessité de variantes coûteuses en cours de construction. Cependant, l’aspect le plus significatif concerne la sécurité, car ces erreurs, surtout lorsqu’elles sont liées à la conception structurelle, se traduisent très souvent par des accidents pour le moins désastreux.

Afin de mieux comprendre l’ampleur des effets qu’une erreur de conception, apparemment légère, peut avoir sur la sécurité et la réussite d’un projet, nous analyserons ensemble quelques cas concrets qui se sont réellement produits.

Les 3 erreurs de conception les plus flagrantes

Les erreurs de calcul et de conception ne sont pas aussi rares qu’on pourrait le penser, à tel point qu’au fil des ans, nous avons assisté à de nombreux épisodes, plus ou moins frappants et de nature variée, qui ont conduit à la construction d’ouvrage plutôt inhabituelles ou même dangereuses. Parmi ceux-ci, nous trouvons certainement :

  • le « Tacoma Bridge », le pont construit à partir de 1938 pour relier les villes de Tacoma et Gig Harbor aux États-Unis, s’est effondré l’année même où il a été inauguré (en 1940) en raison d’un vent violent qui a fait résonner la structure en acier, mal conçus, sans amortissement adéquat des contraintes. Le pont de Tacoma a ensuite été reconstruit en 1950 avec une structure plus stable et plus résistante ;
  • la John Hancock Tower, construite dans les années 70 et devenue en peu de temps le cauchemar de la ville de Boston, à cause de ses énormes vitres qui, sous l’action du vent, se détachaient de la façade en s’écrasant littéralement au sol et en mettant en danger la sécurité des passants. Pour résoudre le problème, il a fallu remplacer ultérieurement toutes les vitres de la façade ;
  • le gratte-ciel de Londres surnommé « The Walkie Talkie », haut de 160 mètres et caractérisé par ses vitres concaves. Juste après son achèvement en 2014, il s’est avéré que les vitres de la façade, en raison de leur forme, captaient et reflétaient la lumière du soleil au sol, atteignant des températures très élevées (jusqu’à 117 °C), suffisantes pour causer de graves dommages aux bâtiments environnants et aux voitures garées à proximité de la structure. Dans ce cas, les concepteurs ont couru aux abris en ajoutant des barrières de protection et en modifiant partiellement la façade ;
Gratte-ciel de Londres « The Walkie Talkie » caractérisé par ses vitres concaves

Gratte-ciel de Londres « The Walkie Talkie » caractérisé par ses vitres concaves

Les erreurs de conception les plus courantes

Ceux illustrés dans le paragraphe précédent ne sont que quelques-unes des erreurs de conception les plus flagrantes qui se sont produites au cours de l’histoire, auxquelles il a fallu remédier par des interventions ciblées et sans doute très coûteuses.

Bien sûr, même la conception d’un ouvrage moins complexes est sujet à diverses erreurs. Les erreurs de conception les plus courantes peuvent concerner :

  • la présence de conflits entre les différents composants du bâtiment (structurels, architecturaux et d’installations) ;
  • le non-respect des normes du secteur (sécurité, incendie, barrières architecturales, etc.) ;
  • un dimensionnement structurel inadéquat ;
  • l’utilisation de matériaux inappropriés ou insuffisamment résistants et durables ;
  • l’incapacité d’atteindre les performances énergétiques attendues ;
  • la conception d’espaces et d’environnements peu fonctionnels ;
  • la présence d’imprécisions dans la planification des travaux et dans l’estimation des coûts.

Qui est responsable des erreurs de conception

Conformément aux dispositions législatives et aux règles déontologiques en vigueur, la responsabilité d’une erreur de conception incombe au concepteur lorsque celui-ci, dans l’exécution de sa prestation, n’utilise pas la « diligence » et l ‘« expertise » requises pour la bonne exécution de l’ouvrage.

Le terme « diligence » fait référence à l’obligation du professionnel d’exécuter son travail aussi scrupuleusement que possible, tandis que l’« expertise » représente l’ensemble des compétences et des capacités acquises par l’étude et l’expérience, qui permettent au concepteur d’exécuter son travail « selon les règles de l’art ».

Les notions de diligence et d’expertise sont fondamentales car elles permettent d’évaluer l’ampleur du dommage causé par le professionnel et de déterminer si ce dommage a été commis par faute (c’est-à-dire par négligence ou imprudence) ou par faute grave (c’est-à-dire en raison d’une négligence ou de choix manifestement grossiers et superficiels).

Bien que le concepteur soit toujours tenu personnellement responsable de ses erreurs, il est possible que, dans certains cas, la responsabilité du dommage soit également étendue au maître d’œuvre chargé d’exécuter les travaux. L’entrepreneur qui a la compétence pour identifier les défauts de conception est, en fait, tenu de communiquer rapidement ces défauts au maître d’ouvrage. Si l’entreprise contractante, bien qu’en ayant la faculté, ne signale pas les erreurs qui sont apparues pendant la construction de l’ouvrage, elle devra contribuer à la réparation du dommage.

Comment éviter les erreurs de conception

Afin d’éviter des infractions et des sanctions, les erreurs de conception doivent être réduites au minimum et celles qui se produisent doivent être résolues aussi efficacement que possible.

Une méthodologie très puissante qui permet d’analyser tous les aspects du projet dès la phase préliminaire de la conception est le BIM. Grâce aux logiciels BIM, il est possible de créer un jumeau numérique unique pour le projet, qui inclut les informations relatives aux différentes disciplines et qui, par conséquent, est moins sujet aux erreurs et aux mauvaises interprétations.

Malgré cela, il peut toujours y avoir des problèmes soudains dus à des erreurs de conception qui doivent être traitées rapidement. Si vous cherchez un moyen efficace de résoudre les problèmes dans vos projets, nous vous recommandons d’essayer dès maintenant un logiciel de gestion des erreurs de conception. Cet outil vous permet d’améliorer la coordination et la collaboration entre les parties prenantes et de maintenir une communication ouverte avec l’équipe de projet, ce qui facilitera l’identification et la résolution des problèmes partagés.

 

usbim
usbim