Home » IFC et openBIM » Pérennité et longévité de l’IFC : les piliers d’un avenir durable dans la construction

Longévité IFC

Pérennité et longévité de l’IFC : les piliers d’un avenir durable dans la construction

Voici comment l’IFC révolutionne le secteur AECO, garantissant l’interopérabilité et la longévité IFC des données. Découvrez les défis et les solutions pour un avenir constructif plus efficace


Le secteur AEC n’est pas statique ; il évolue constamment. De nouvelles technologies, matériaux et méthodes de construction émergent régulièrement. L’IFC joue un rôle crucial en rendant le secteur future-proofing capable d’accueillir ces changements. Sa flexibilité lui permet de s’adapter aux besoins et aux exigences évolutifs, garantissant qu’il reste un outil pertinent et indispensable pour les années à venir.

Qu’est-ce que la longévité de l’IFC ? Définition et objectif des Industry Foundation Classes

IFC est un format standard commun pour l’échange de données dans le secteur de la construction. Ce modèle de données facilite la collaboration et la communication efficace entre les différents acteurs d’un projet, garantissant la protection et la longévité des données dans une industrie caractérisée par l’utilisation de différents logiciels et produits.

Protection des données et longévité de l’IFC : comment garantit-il l’accès aux données dans le temps

Dans un secteur en évolution, la capacité de l’IFC à garantir l’accès et la protection des données dans le temps est un facteur de stabilité et de sécurité. L’IFC assure non seulement que les informations vitales restent accessibles et inchangées, mais il aide également à construire des bâtiments « future-proof » en permettant la compatibilité des fichiers et des données à travers différentes versions de logiciels.

Le défi du changement technologique

De nouvelles versions de logiciels sont régulièrement publiées, chacune promettant des améliorations et de nouvelles fonctionnalités. Le risque lié à cette progression constante est l’obsolescence des données. Comment un projet initié il y a cinq ans peut-il rester pertinent et accessible aujourd’hui? C’est là que l’IFC intervient.

IFC : gardien du temps et de l’information

L’IFC agit comme gardien du temps et de l’information. Ce format de fichier, développé grâce au travail de buildingSMART International (bSI), est neutre et ouvert, conçu pour être indépendant du logiciel utilisé : cela signifie que les données stockées dans un format IFC peuvent être ouvertes, lues et manipulées par n’importe quelle application prenant en charge la norme. Pas seulement.

Même à travers différentes versions d’un même logiciel. Cela garantit que, même si le logiciel d’origine n’est plus disponible ou a radicalement changé, les données ne sont pas perdues mais restent accessibles et utilisables. En d’autres termes, la compatibilité à travers différentes versions de logiciels : un fichier créé avec une version antérieure d’un logiciel peut être ouvert avec une version plus récente sans perdre d’informations critiques. Cette compatibilité transversale assure une transition fluide des données à travers les différentes phases d’un projet, ainsi que leur longévité.

Future-proofing des projets

Le concept de «future-proofing» est plus qu’une simple précaution dans le monde de la construction moderne ; c’est une vision stratégique. Il représente l’adoption de mesures proactives pour garantir que les données et les fichiers d’un projet ne sont pas seulement un instantané temporaire, mais un héritage durable. Voyons comment le «future-proofing» se manifeste à travers l’utilisation de l’IFC et son impact significatif sur la longévité et l’utilité des projets dans le temps.

Une vision au-delà du présent, un investissement dans l’avenir

Planifier pour l’avenir signifie dépasser les besoins immédiats et prévoir et se préparer aux changements et évolutions que nous ne connaissons pas encore. Dans le contexte de la construction, cela signifie précisément s’assurer que les données générées aujourd’hui peuvent survivre aux changements technologiques de demain.

L’IFC est au cœur de cette vision, servant de pont entre le présent et le futur. Cette norme est conçue pour évoluer avec la technologie, tout en maintenant une compatibilité arrière. En pratique, cela signifie que les données créées aujourd’hui seront non seulement accessibles mais également utilisables dans les décennies à venir, indépendamment des évolutions des logiciels et des plateformes.

Adopter l’IFC comme norme pour l’échange et la conservation des données garantit non seulement la longévité des données mais favorise également un environnement collaboratif où l’information est librement accessible et partageable entre différents acteurs, quel que soit leur choix de logiciel. C’est un pas vers une industrie plus intégrée et durable.

Les équipes de projet peuvent être assurées qu’en adoptant les IFC, leur travail ne sera pas vain. Même face à des changements radicaux dans la technologie ou les flux de travail, les données restent sûres et accessibles. Cette confiance libère les professionnels du poids de l’incertitude technologique, leur permettant de se concentrer sur la créativité, l’innovation et la qualité de leur travail.

Avantages de l’IFC : la valeur de l’interopérabilité et de la communication

Le principal avantage offert par le format IFC, comme mentionné, est la possibilité de permettre une collaboration libre entre les différentes parties prenantes du processus de construction, en leur permettant d’échanger des informations via un format standard. Cela entraîne une réduction des délais, une intégrité des informations, une meilleure qualité, une réduction des erreurs et, en général, une réduction des coûts, grâce à des données et des informations cohérentes lors de la conception, de la réalisation et de la maintenance du projet.
Le tout, en garantissant la libre choix du logiciel dans le travail de projet à chaque partie prenante impliquée.

L’interopérabilité et l’intégration applicative sont également des facteurs clés pour la réalisation de systèmes d’information ouverts et interconnectés, nécessaires pour atteindre les objectifs de numérisation du secteur de la construction.

L’avenir des IFC dans le BIM et l’industrie de la construction

Le développement du format IFC se poursuit sans relâche, et la conception de la nouvelle version 5 est déjà en cours, conçue pour intégrer de nouveaux concepts tels que les bâtiments intelligents, les villes intelligentes et le jumeau numérique. L’objectif principal de ce développement est la modernisation et la standardisation, visant à soutenir les nouveaux paradigmes opérationnels et les progrès dans le secteur de la construction, tout en maintenant l’intégrité sémantique de sa précédente itération. Longévité des données IFC et future-proofing.
Aujourd’hui, la structure de l’IFC se concentre sur la définition d’une norme d’échange de données basée sur des fichiers ; les nouvelles méthodologies opérationnelles exigent que l’IFC s’adapte à de nouveaux besoins pour répondre aux exigences des CDE, des jumeaux numériques, de l’IoT et des villes intelligentes. Cette prémisse anticipe une transformation significative par rapport aux approches traditionnelles basées sur les fichiers dans le domaine de la modélisation.

 

usbim
usbim