Home » BIM et Facility Management » Maintenance d’urgence : qu’est ce que c’est, les types et des exemples

Maintenance d'urgence : qu'est ce que c'est, les types et des exemples

Maintenance d’urgence : qu’est ce que c’est, les types et des exemples

La maintenance d’urgence intervient de façon extrêmement urgente lorsqu’un bien subit une défaillance imprévue. Découvrons ensemble la définition et les types


Si vous êtes un professionnel du secteur AECO, il vous sera certainement arrivé de devoir gérer une panne imprévue sur un bien avec une urgence absolue.

Eh bien, vous n’êtes pas le seul ! Malheureusement, ce type d’imprévu peut se produire lorsque vous faites face à la maintenance d’un actif et la façon d’agir qui en découle porte un nom bien précis : la maintenance d’urgence.

Aujourd’hui, découvrons ensemble combien de types il en existe, quelles sont les étapes à suivre et quel logiciel de GMAO utiliser pour ne pas être pris au dépourvu !

Qu’entend-on par maintenance d’urgence ?

Emergency maintenance, en français maintenance d’urgence, est le type de maintenance qui est nécessaire lorsqu’un bien ou une partie de celui-ci subit une panne ou un dysfonctionnement imprévu. Cela pourrait constituer un danger pour la sécurité des utilisateurs et une intervention d’urgence est, donc, nécessaire.

S’agissant précisément d’une urgence, il est clair que ce type de maintenance ne fait pas partie des maintenances programmées. Cependant, un plan de maintenance bien pensé comprendra également un plan d’urgence pour faire face aux pannes imprévues.

Flux de travail de la maintenance d'urgence

Flux de travail de la maintenance d’urgence

Quels sont les exemples de maintenance d’urgence ?

Dans la phase de gestion d’un bien, les cas dans lesquels il faut intervenir avec des maintenances d’urgence, sont très nombreux et dépendent également beaucoup des conditions limites. Si, par exemple, un ascenseur tombe en panne, ce même événement peut nécessiter ou non une intervention d’urgence en fonction des circonstances spécifiques. Si l’ascenseur est bloqué sans personne à l’intérieur, l’intervention de maintenance n’est pas considérée comme une intervention d’urgence. En revanche, si l’ascenseur présente une défaillance et que des personnes sont bloquées à l’intérieur, l’intervention aura certainement un caractère d’urgence.

En général, vous pouvez classer certains scénarios communs qui nécessitent l’activation de la maintenance d’urgence, et sont :

  • la survenance d’une défaillance qui pourrait représenter un danger pour la sécurité, un exemple pourrait être celui de l’ascenseur que nous avons signalé précédemment ;
  • la survenance d’une défaillance conduisant à la non-utilisation imprévue de l’ensemble du bien, à l’interruption de la production ou à l’interruption d’un service (défaillance de l’installation CVC) ;
  • l’interruption automatique du service pour des raisons de sécurité, lorsque, par exemple, une défaillance se produit qui pourrait affecter le reste de l’installation.

Quels sont les types de maintenance d’urgence ?

Les types de maintenance d’urgence sont classés en fonction de la provenance de la notification de panne, qui peut être automatique ou envoyée manuellement.

Nous aurons ainsi :

  • maintenance d’urgence automatisée : en cas de panne ou de dysfonctionnement, automatiquement détecté. Le système agit automatiquement en interrompant, par exemple, la production ou la distribution d’énergie ou en déclenchant un processus automatique d’intervention en cas de panne ;
  • réponse de maintenance automatique : dans ce cas, un protocole d’intervention d’urgence est automatiquement activé en réponse à une défaillance grave. L’exemple de la panne d’un ascenseur, fait précédemment, pourrait entrer dans ce scénario ;
  • demande manuelle d’intervention : dans ce cas, le signalement de la panne et la demande d’intervention émanent des utilisateurs ou du personnel présent sur place.
Types de maintenance d'urgence

Types de maintenance d’urgence

Quelle est la différence entre la maintenance d’urgence et la maintenance réactive ?

Tant la maintenance d’urgence que l’entretien réactif nécessitent une intervention en cas de panne pour rétablir les conditions initiales de fonctionnement du bien. Cependant, ce qui distingue les deux types de maintenance, c’est précisément le caractère urgent de l’intervention, qui dépend du type de panne et des conditions spécifiques dans lesquelles elle se produit.

La différence fondamentale entre les deux approches se joue sur ces deux questions:

  • quand la panne s’est elle produite ;
  • quel ets le degré d’urgence de sa réparation.

Dans la maintenance réactive, une défaillance se produit et une intervention de réparation est, donc, nécessaire. Cependant, la défaillance peut être mineure et ne pas affecter la sécurité des utilisateurs ou les fonctionnalités de l’actif. Il s’agirait donc d’une panne sans caractère d’urgence nécessitant une maintenance réactive et non d’urgence. C’est dans ce cas d’urgence que réside la principale différence entre la maintenance d’urgence et la maintenance réactive.

Quelles sont les 4 étapes à suivre pour une emergency maintenance efficace ?

Commençons par dire que la réalisation d’une planification précise de la maintenance n’élimine pas les événements exceptionnels et imprévus. En effet, les probabilités qu’ils se manifestent, au fil du temps, sont toujours très élevées. C’est pourquoi il est bon de prévoir des protocoles à suivre en cas de nécessité d’intervention d’urgence. Cela minimise les risques pour la sécurité et prévient les dommages collatéraux.

Voici, donc, les 4 étapes à suivre pour une maintenance d’urgence efficace :

  1. identifier et définir les situations d’urgence :
    en fonction de la structure dont la maintenance est prévue, il y aura certaines situations à considérer comme des urgences et d’autres qui, bien qu’urgentes, n’auront pas le même caractère d’urgence ;
  2. définir le flux de travail de la maintenance d’urgence :
    il est nécessaire de décider comment les situations de maintenance d’urgence seront signalées, enregistrées et traitées à partir d’un rapport de panne qui peut être automatique ou manuel ;
  3. décrire les procédures de maintenance d’urgence :
    il est utile de décrire, au moins de manière générale, les étapes à suivre en cas d’urgence. De toute évidence, le protocole à suivre sera différent en fonction du type de panne et des caractéristiques du bien. En principe, les étapes générales pourraient être les suivantes :

    • isoler la source de la panne afin d’éviter les dommages collatéraux ;
    • alerter toute l’équipe de maintenance et tous les utilisateurs concernés par la panne ;
    • procéder, si nécessaire, à l’interruption de la production ou du service ;
    • évaluer empaleur des dégâts et les conditions générales de l’actif ;
    • planifier l’intervention ;
    • effectuer l’intervention.
  4. mettre en place le bon logiciel de maintenance :
    automatiser la gestion et la maintenance d’un bien grâce à l’utilisation de logiciels de GMAO. Cela contribuera à minimiser les défaillances imprévues et à accélérer le processus de réponse aux urgences.

La maintenance d’un actif, surtout s’il est complexe et de grande taille, peut réserver des surprises imprévues auxquelles il faut répondre par des interventions d’urgence. Il est essentiel de ne pas être pris au dépourvu et de connaître déjà un protocole d’urgence général.

C’est pourquoi nous vous recommandons d’utiliser un logiciel de GMAO efficace et professionnel qui vous aide à planifier la maintenance tout en minimisant l’apparition de pannes inattendues.

 

usbim-maint
usbim-maint