Home » BIM et Facility Management » Qu’est-ce que la maintenance conditionnelle et quels sont ses avantages ?

Qu'est-ce que la maintenance conditionnelle et quels sont ses avantages ?

Qu’est-ce que la maintenance conditionnelle et quels sont ses avantages ?

La maintenance conditionnelle est un type de maintenance préventive qui surveille l’état réel d’un bien pour prévenir les pannes. Découvrons-en tous les avantages


Si vous êtes un professionnel du secteur AECO, vous saurez certainement qu’il existe différents types de maintenance parmi lesquels choisir en fonction des caractéristiques de l’actif et des exigences du projet de maintenance. Intervenir sur un actif est toujours un processus délicat et complexe, c’est pourquoi nous vous recommandons de vous aider d’un logiciel de GMAO qui permet de rendre plus facile que jamais les demandes d’intervention, la planification de la maintenance et la collaboration avec l’équipe.

Dans cet article, nous allons approfondir la maintenance conditionnelle, en anglais « Condition-Based Maintenance (CBM) », c’est-à-dire un type de maintenance préventive non programmée.

Qu’est-ce que la maintenance conditionnelle ?

La Condition-Based Maintenance, indiquée avec l’acronyme CBM signifie littéralement « maintenance basée sur les conditions ».

Ce type de maintenance prend ce nom précisément parce que la stratégie de mise en œuvre consiste à surveiller l’état réel d’un bien pour décider quelle intervention effectuer. En effet, la CBM impose que la maintenance ne soit effectuée que lorsque certains indicateurs montrent des signes de diminution des performances ou de défaillance imminente.

Contrairement à la maintenance programmée (PM), où les interventions de maintenance sont effectuées à des intervalles prédéfinis, la maintenance basée sur les conditions (CBM) n’est effectuée qu’après qu’une diminution des performances de l’actif a été observée.

L’objectif de la maintenance basée sur la condition est donc de surveiller en permanence les activités et les performances du bien afin de détecter d’éventuelles défaillances imminentes. De cette façon, la maintenance peut être planifiée de manière proactive, lorsque des baisses de performances sont déjà en cours mais qu’aucune défaillance ne s’est encore produite.

La surveillance constante et en temps réel donnera à l’équipe de maintenance suffisamment de temps pour étudier les modes d’intervention et agir avant qu’une panne ne se produise ou que les performances ne descendent en dessous d’un niveau optimal.

Flux de travail maintenance conditionnelle 

Flux de travail maintenance conditionnelle

Quelles sont les différences entre la maintenance conditionnelle (CBM) et la maintenance prédictive (PdM) ?

La maintenance conditionnelle (CBM) et la maintenance prédictive (PdM) sont souvent confondues parce que les deux : 

  • s’appuient sur les données pour déterminer si la maintenance est nécessaire ou non ;
  • préviennent les temps d’arrêt imprévus.

Si les similitudes se terminent ici, dans le tableau ci-dessous, nous indiquons les différences entre la maintenance prédictive et la maintenance conditionnelle : 

Maintenance conditionnelle (CBM)Maintenance prédictive (PdM)
Elle s’appuie sur des diagnostics mis en évidence par l’analyse des conditions (vibrations, température, pression, vitesse, tension) pour déterminer quand une intervention de maintenance est nécessaire.Elle combine les diagnostics mis en évidence par l’analyse des conditions avec des formules prédictives complexes pour prédire quand la maintenance pourrait être nécessaire.
Elle est basée sur des règles statiques pour la prise de décision.Elle est basée sur des règles dynamiques pour la prise de décision.
Forme optimisée de maintenance préventive basée sur des algorithmes de détection continue, de diagnostic et de pronostic.Maintenance préventive technologiquement avancée basée sur la reconnaissance algorithmique des machines.
Elle prévient les techniciens au moment exact où quelque chose ne va pas.Elle prédit les défaillances futures grâce à l’utilisation de technologies de pointe.

Nous pourrions dire que la maintenance prédictive est une version plus avancée, plus précise et plus fiable de la maintenance conditionnelle. D’autre part, la maintenance prédictive fonde son fonctionnement sur des technologies qui impliquent un investissement économique important qui n’est pas encore viable pour tous.

Combien de types de maintenance sous condition existe-t-il ?

Un peu comme pour la maintenance prédictive, il existe différents types de maintenance selon les conditions, en fonction du bien à surveiller, de ses caractéristiques et des technologies mises en œuvre. Ci-dessous, nous indiquons les plus utiles et les plus répandus :

  1. analyse des vibrations : de nombreux équipements dans des conditions normales de fonctionnement, émettent un certain degré de vibrations, le changement de ce degré vibratoire peut indiquer une perte de performance ou un dysfonctionnement ;
  2. infrarouges : les caméras infrarouges interceptent les points du bien ou de l’équipement où il y a une présence anormale de températures élevées pouvant donc indiquer d’éventuels dysfonctionnements ;
  3. analyse par ultrasons : un équipement en fonctionnement optimal, produit un certain son. Le changement du son produit peut indiquer des changements dans le fonctionnement même de la machine ;
  4. analyse acoustique : utilisée pour détecter les fuites de liquides ou de gaz ;
  5. analyse de l’huile : mesure le nombre et la taille des particules dans un échantillon pour déterminer l’usure des actifs ;
  6. analyse électrique : grâce à des ampèremètres, il est possible de détecter des anomalies dans le passage de courant des équipements ;
  7. performances opérationnelles : les performances des actifs sont déterminées par différents dispositifs et capteurs qui surveillent différents paramètres en fonction des besoins (pression, température, débit, etc.).
Types de maintenance selon condition

Types de maintenance selon condition

Quels sont les exemples de maintenance selon des conditions ?

Selon la technologie de maintenance conditionnelle à appliquer, il existe plusieurs exemples que nous pourrions mettre en évidence. Pour avoir une idée d’application de la maintenance conditionnelle, voici quelques exemples concrets : 

  1. surveillance de la température d’ordinateurs et de machines pour prévenir la surchauffe ou l’utilisation d’unités de CVC intelligentes pour contrôler la température du bâtiment et économiser de l’énergie ;
  2. surveillance de la pression dans une installation d’eau pour détecter d’éventuelles fuites ;
  3. surveillance des particules de pétrole dans les machines ou les véhicules, de cette façon, il est possible de procéder à l’intervention non pas selon un délai préétabli, mais uniquement lorsque cela est réellement nécessaire.

Il y aurait des centaines d’autres exemples similaires à ceux-ci, car il existe des centaines de paramètres à surveiller avec ce type de maintenance, en évitant les pannes et les réparations plus lourdes et coûteuses.

Quelles sont les 6 étapes d’un programme de maintenance conditionnelle ?

Pour mettre en œuvre un programme de maintenance conditionnelle valide, voici les 6 étapes à ne pas manquer : 

  1. déterminer quelles parties ou quels équipements ont la priorité d’intervention sur les autres ;
  2. identifier les défaillances auxquelles les actifs précédemment identifiés pourraient être le plus fréquemment confrontés ;
  3. sélectionner les modalités de surveillance les plus appropriées en fonction des défaillances potentielles détectées ;
  4. déterminer le délai qui peut s’écouler entre la détection du dysfonctionnement et l’intervention avant que la panne ne se produise ;
  5. analyser les données collectées à travers le suivi et concevoir les modalités d’intervention ;
  6. déterminer les rôles et responsabilités d’intervention au sein de l’équipe de maintenance.

Quels sont les avantages de la maintenance conditionnelle ?

La maintenance basée sur la condition présente un certain nombre d’avantages, notamment :

  • une réduction du nombre de pannes ;
  • une plus grande sécurité au travail pour l’équipe de maintenance qui doit intervenir pour remédier aux dysfonctionnements et non pour réparer les pannes ;
  • des temps d’arrêt réduits car, en prévenant la panne, elle ne sera pas soumise à une interruption de fonctionnement causée par la panne elle-même ;
  • des temps et coûts d’entretien réduits car l’intervention sur les dysfonctionnements ou les petits défauts nécessite moins d’investissement de ressources par rapport à la panne déjà survenue ;
  • des choix ciblés pour les interventions à effectuer, de cette façon, une fois que les problèmes ont été identifiés, il est possible de choisir d’intervenir, sans caractère d’urgence, dans les moments qui causent le moins d’inconfort aux utilisateurs ;
  • des augmentations de la performance et de la durée de vie de l’actif.

Intervenir pour la maintenance d’un actif ou d’une partie de celui-ci est toujours une phase délicate qui nécessite, pour être efficace, d’exploiter des logiciels professionnels et fiables. C’est pourquoi nous vous recommandons de tester vous-même un logiciel de GMAO pour découvrir comment il vous aide à améliorer la productivité des processus de maintenance et à réduire les délais et les coûts liés à la gestion.

 

usbim-maint
usbim-maint