Home » IFC et openBIM » Qu’est-ce que la norme ISO 16739 ?

Qu’est-ce que la norme ISO 16739 ?

La ISO 16739 est la norme internationale qui définit les caractéristiques du format IFC pour le partage de données dans un processus BIM.

La ISO 16739 définit l’IFC comme le format ouvert, non propriétaire et indispensable pour l’échange de données entre utilisateurs utilisant des logiciels différents, au sein d’un même processus BIM.

Voyons ce que dit la norme ISO 16739 et à quoi sert le format IFC.

Si vous travaillez en BIM ou si vous souhaitez visualiser et gérer un fichier au format IFC, nous vous recommandons d’utiliser un BIM management system, simple, rapide et gratuit.

Qu’est-ce que la ISO 16739 ?

La ISO 16739:2013 « Industry Foundation Classes (IFC) pour le partage de données dans les secteurs de la construction et de la gestion des installations » est un standard international ouvert pour les données BIM qui sont échangées et partagées entre les applications logicielles utilisées par les différents participants à un projet de construction ou de gestion des installations. Dans la pratique, la norme définit :

  • un schéma conceptuel de données;
  • un format de fichier d’échange pour les données qui entrent en jeu dans le processus BIM.

Le traitement d’un langage informatique EXPRESS-G et XML de chaque domaine et attribut de référence est explicité, en définissant notamment la description, l’utilisation et les liens avec d’autres domaines. Des formats de fichiers alternatifs peuvent également être utilisés, mais uniquement si conformes au schéma conceptuel.

Il est immédiatement évident que le contenu de la norme est principalement destiné aux programmeurs et aux développeurs, mais comprendre l’origine des données et leurs caractéristiques peut également être utile pour les concepteurs, afin de gérer correctement l’exportation des données au format IFC à partir de leur logiciel de conception BIM.

En effet, la norme exprime toutes les relations que doit avoir un objet BIM, tant dans la conception de ses propriétés que dans les relations qu’il crée en association avec d’autres objets ou systèmes via des paramètres (PropertySet).

Chaque type d’objet est identifié par PropertySet et QuantitySet, divisés par Types et Entités. C’est sur ces concepts que se basent les logiciels BIM pour distinguer les paramètres spécifiques de chaque objet de ceux qui identifient un type d’élément commun à plusieurs objets.

Les objets sont définis par un domaine d’identification spécifique et de type hiérarchique, qui caractérise précisément chaque objet (par exemple, le domaine IfcDoor contient des attributs spécifiques pour l’élément « porte ») et, plus en général, identifie une catégorie d’élément (par exemple, le domaine IfcElement peut caractériser un objet dans sa conception la plus générique). Dans le cadre de la norme ISO 16739:2013 nous retrouvons : 

  • les définitions de format d’échange BIM exigées pendant les phases du cycle de vie des bâtiments
    • démontrer la nécessité ;
    • conception des besoins ;
    • définir la faisabilité ;
    • étude de faisabilité détaillée et description de la compétence financière ;
    • décrire le design conceptuel ;
    • étude complète du concept ;
    • conception coordonnée ;
    • passation de marchés et compétence financière complète ;
    • informations sur la production ;
    • construction ;
    • exploitation et maintenance ;
  • définitions de format d’échange BIM exigées par les différentes disciplines impliquées dans les phases du cycle de vie
    • architecture ;
    • service de construction ;
    • ingénierie structurelle ;
    • fourniture ;
    • planification de la construction ;
    • facility management ;
    • management de projet ;
    • gestion des exigences du client ;
    • autorités compétentes pour les permis et autorisations ;
  • les définitions de format d’échange BIM comprenant
    • structure du projet ;
    • composants physiques ;
    • composants spatiaux ;
    • éléments d’analyse ;
    • processus ;
    • ressources ;
    • contrôles ;
    • acteurs ;
    • définition du contexte.

Qu’est-ce que l’IFC ?

Nous avons parlé de fichiers IFC, mais qu’est-ce que c’est exactement ? À quoi sert-il ? Aide-t-il vraiment le travail des concepteurs ? Le fichier IFC est un format de fichier ouvert, non propriétaire et peut être utilisé pour échanger et partager des données, pendant les phases de conception, de construction, de gestion et de maintenance, entre tous les intervenants et les différentes applications développées par différents éditeurs de logiciels sans avoir besoin de prendre en charge les fichiers natifs (propriétaires).

Conçu par buildingSMART International pour soutenir l’interopérabilité entre ceux qui travaillent dans le secteur AEC, le format IFC permet de produire des fichiers qui incluent :

  • les informations géométriques des différentes entités de composants du bâtiment « simples » (murs, portes, planchers, etc.) et toutes les données qui y sont associées ;
  • des informations alphanumériques (propriétés, quantité, classification, etc.) qui spécifient les paramètres, les propriétés physiques, les informations pour la construction, les informations pour la maintenance, etc.

Pour plus d’informations, lisez l’article « fichiers IFC : tout ce que vous devez savoir« .

Schéma IFC

Le schéma IFC peut être identifié comme un système de stockage pour l’organisation et le transfert de données numériques, afin de faciliter l’interopérabilité entre différents intervenants. L’IFC définit un modèle intégré avec des centaines d’entités organisées hiérarchiquement. Il y a 3 concepts fondamentaux sur lesquels se base la logique IFC et qui en représentent la structure :

La diapositive illustre le diagramme de composition du schéma des données de l'IFC

Diagramme de composition du schéma des données de l’IFC

Dans le détail, le schéma IFC est un modèle de données standardisé qui encode, de manière logique : 

  • l’identité et la sémantique (nom, identifiant unique lisible mécaniquement, type d’objet ou de fonction) ;
  • les caractéristiques ou les attributs (tels que le matériau, la couleur et les propriétés thermiques) ;
  • les relations (y compris les lieux, les connexions et les propriétés) entre ;
    • objets ;
    • concepts abstraits ;
    • processus ;
    • personnes.

Un sous-ensemble du schéma de données est appelé Model View Definition (MVD). Les MVD sont des sous-ensembles du schéma IFC définis par buildingSMART International et qui regroupent certaines informations utiles pour des flux de travail ou des utilisations spécifiques dans le secteur de la construction et de la gestion des installations (facility management).

Model View Definition

Model View Definition

En pratique, il s’agit d’une vue filtrée qui ne contient qu’une partie de toutes les informations présentes dans l’ensemble du schéma.

Chaque flux de travail identifie les exigences d’échange de données pour les applications logicielles. Les logiciel de maintenance industrielle conformes doivent identifier la Model View Definition à laquelle elles se conforment.

Ces vues sont très utiles car elles permettent de simplifier le processus d’échange de données et d’éviter le partage de notions inutiles ou redondantes, en suivant des procédures standardisées.

usbim
usbim