9D-BIM

Qu’est-ce que le BIM 9D ?

BIM 9D : qu’est-ce que c’est et pourquoi il est important de rationaliser toutes les activités de construction et de gestion d’un ouvrage de construction

Dans cet article, nous découvrons ce qu’est le BIM 9D et comment gérer le processus de construction d’un ouvrage de manière allégée, à l’aide d’un outil gratuit et simple d’utilisation.

Rappelons brièvement que lorsque nous parlons des dimensions du BIM, nous nous référons à une manière suggestive désormais conventionnelle de définir pour chaque dimension (4D, 5D, 6D, etc.) les thèmes techniques qui entrent en jeu dans la numérisation du bâtiment et sa gestion.

Dimenssions-BIM-9D-lean-construction-usBIM-ACCA-software

Les dimensions du BIM 9D

Qu’est-ce que le BIM 9D ?

Le BIM 9D , ou neuvième dimension du BIM est le lean construction, est la spécialité qui optimise et rationalise toutes les étapes nécessaires à la réalisation d’un ouvrage, à travers la digitalisation des processus.

Un manque de planification sur un chantier de construction peut entraîner des retards dans la livraison des travaux et augmenter le montant initialement prévu au budget. Le BIM 9D est la méthode conçue pour éliminer complètement les gaspillages, minimiser les déchets produits sur le chantier, optimiser toutes les ressources qui entrent en jeu dans le processus de réalisation d’un travail et augmenter la productivité.

Tous ces aspects contribuent à améliorer la chaîne de valeur du produit final.

BIM 9D : les principes du lean construction

Les principes sur lesquels repose la construction lean sont : 

  • optimiser, réduire ou éliminer les activités qui n’ajoutent pas de valeur au processus – Pour obtenir une amélioration du processus, une attention particulière est portée à tous les aspects de la chaîne d’approvisionnement (de la production au transport des matériaux jusqu’au chantier). Toute la chaîne de production est analysée, les processus inutiles ou répétitifs sont identifiés et des stratégies sont étudiées pour les simplifier ou les remplacer. Par exemple, une utilisation optimisée et parfaitement calibrée des moyens de transport est prévue par rapport aux quantités à transporter. Dans cette optique, l’utilisation de camions plus gros pour le transport des matériaux est privilégiée, ce qui réduit le nombre de déplacements nécessaires ;
  • prendre en compte les besoins du client – Avant de démarrer tout projet, il est nécessaire d’identifier les besoins du client à travers des études de marché et des enquêtes sur le degré de satisfaction par rapport aux projets déjà livrés. Les activités qui n’ajoutent pas de valeur au processus n’intéressent pas le client et, par conséquent, le client n’est pas disposé à les payer. A l’inverse, en se concentrant sur les besoins du client, il est plus probable que toutes les opérations se déroulent sans imprévus ;
  • standardiser les processus- Le bâtiment est l’un des secteurs où le taux d’imprévus est le plus élevé : chaque projet est unique et les conditions qui entrent en jeu dans son chantier sont uniques (délai de construction, main-d’œuvre, conditions locales, disponibilité des équipements et des matériaux, etc.) . Pour minimiser la diversification des chantiers de construction, des processus de construction standardisés doivent être adoptés, réduisant la possibilité de problèmes et améliorant la capacité à gérer les imprévus. La réduction de ces variables permet à l’entreprise de construction de maintenir un standard prédéfini et de garantir un processus plus fluide et plus sûr ;
  • optimiser les temps – La variable temps est influencée par les activités de transport, d’attente, de traitement, d’inspection, etc. L’optimisation de toutes ces activités affecte les délais de livraison de l’ouvrage au client ;
  • accroître la transparence du processus – Ce principe contribue à une plus grande participation de tous les professionnels qui peuvent intervenir activement et plus consciemment dans le développement de solutions d’amélioration.

Construction traditionnelle et lean construction

Les méthodes de gestion du processus de création d’un ouvrage différencient la méthode de construction traditionnelle et la méthode Lean.

Dans la méthode Lean, les activités sont divisées en :

  • activités qui ajoutent de la valeur à l’ouvrage
  • activités qui n’ajoutent pas de valeur à l’ouvrage.

La notion de valeur est directement liée au degré de satisfaction du client : par conséquent, si le client n’est pas disposé à payer pour une activité donnée, cette dernière est classée parmi les activités qui n’ajoutent pas de valeur au produit final.

Selon ce critère, la pensée lean vise à éliminer le plus de gaspillage possible dès la phase de gestion de projet.

Dans la méthode traditionnelle, en revanche, les activités sont divisées en sous-processus et le critère d’évaluation n’est pas lié au degré de satisfaction du client. Il n’y a pas de gestion attentive des gaspillages, ni de planification des activités en phase préliminaire.

Logiciel BIM 9D

Si vous avez besoin d’un outil pour gérer les activités du projet, l’exécution et la maintenance d’un ouvrage, nous vous proposons d’utiliser gratuitement usBIM, le système de gestion BIM pour numériser les bâtiments et les infrastructures de manière simple, sûre et partagée.

Vous disposez de nombreuses applications gratuites pour : 

  • collaborer en temps réel avec vos collègues
  • partager et gérer des projets de construction et d’infrastructure, y compris les projets de grande dimensions
  • travailler en ligne avec n’importe quel appareil mobile (PC, tablette, smartphone) et de n’importe quel endroit.

 

Les fonctionnalités de usBIM Management System

Les fonctionnalités de usBIM Management System

Les dimensions du BIM

Par « dimensions du BIM », nous entendons tous les aspects et toutes les informations qui entrent en jeu dans le processus de numérisation d’un bâtiment.

Lorsqu’on se réfère à la représentation visuelle d’un bâtiment, les termes 2D (représentation bidimensionnelle du modèle à travers des plans, des élévations et des coupes) et 3D (représentation de la modélisation dans l’espace) sont couramment utilisés. La 2D et la 3D sont précisément des « dimensions » qui caractérisent la géométrie d’une modélisation.

Cependant, il existe d’autres dimensions du BIM (4D, 5D, 6D, etc.) qui indiquent d’autres caractéristiques de la même modélisation.

En effet, le BIM est bien plus qu’une simple modélisation géométrique 3D et englobe de nombreux autres aspects (ou dimensions) qui servent à ajouter des informations utiles au travail à créer ou à gérer.

Voyons quelles sont les dimensions du BIM : 

  • 3D – modélisation tridimensionnel du bâtiment
  • 4D – analyse des délais de construction des ouvrages
  • 5D – analyse des coûts
  • 6D – pour l’analyse énergétique
  • 7D – gestion des travaux achevés (facility management)
Les 10 dimensions du BIM

Les 10 dimensions du BIM

BIM 8D, 9D et 10D

En plus des 7 dimensions réglementées, il existe actuellement un débat ouvert sur les trois « nouvelles dimensions du BIM » :

  • 8D – sécurité dans la phase de conception et de construction de l’ouvrage
  • 9D – construction lean
  • 10D – industrialisation des bâtiments.

Dans ce focus nous nous concentrons sur le BIM 9D, la dimension liée à la méthode « lean construction ».

Si vous souhaitez en savoir plus sur les autres dimensions du BIM, nous vous invitons à lire les articles :