Home » BIM et Conception de bâtiments » Conception de cuisine en maçonnerie moderne

Conception de cuisine en maçonnerie moderne

Solutions constructives, matériaux et idées pour la conception d’une cuisine en maçonnerie moderne, originale et fonctionnelle

La conception d’une cuisine en maçonnerie est certainement adaptée aux environnements de caractère rustique et traditionnel. Cela ne signifie pas pour autant que, en utilisant des solutions et des matériaux au goût contemporain, il est possible d’obtenir des résultats originaux et fonctionnels même pour les clients préférant des solutions modernes, aux lignes épurées mais non standardisées.

Pour réaliser le projet d’une cuisine en maçonnerie moderne, vous pouvez utiliser un logiciel de conception architecturale BIM et réaliser des rendus et des vues en 3D réalistes pour impressionner votre client et avoir un contrôle total sur toutes les décisions du projet. De plus, vous obtenez automatiquement à partir du modèle 3D, des dessins d’exécution très détaillés avec des cotes et des annotations pour simplifier la réalisation de l’ouvrage sur le chantier. Allons-y par étapes et voyons comment faire, quels conseils utiles suivre et quelles idées utiliser pour votre projet.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Comment réaliser le projet d’une cuisine en maçonnerie moderne

Les cuisines en maçonnerie sont réalisées sur mesure directement sur le chantier, en utilisant des matériaux de construction tels que des briques, de l’enduit, du ciment, des blocs de béton cellulaire, du bois, des carreaux, etc. Pour compléter le design, des électroménagers de dernière génération (four, réfrigérateur, lave-vaisselle, etc.), des plans de travail en acier, marbre, quartz, bois naturel, etc., des étagères, un îlot central, une péninsule, un coin petit-déjeuner, selon l’espace disponible.

Lors de la conception d’une cuisine en maçonnerie moderne, il est important d’optimiser l’espace pour maximiser la fonctionnalité. L’agencement des éléments clés tels que l’îlot central, la cuisinière, l’évier, les plans de travail et l’espace de stockage doit être bien réfléchi pour garantir un flux de travail efficace et une apparence harmonieuse.

À cet égard, nous vous rappelons qu’il est bon de respecter la bonne distance entre les 3 fonctions principales (réfrigérateur, évier, cuisinière), comme indiqué dans le schéma ci-dessous.

Étude ergonomique d'une cuisine

Étude ergonomique d’une cuisine

Les agencements les plus populaires pour les cuisines en maçonnerie moderne comprennent la conception en îlot, en L ou en U.

Une fois le plan le plus adapté à la forme et à la taille de la pièce et aux besoins et goûts du client choisi, il est nécessaire de procéder en positionnant les différentes fonctions (stockage, travail, cuisson, préparation, lavage, etc.) et en les divisant en modules. Chaque module, dans une cuisine en maçonnerie, est séparé par des murs verticaux (réalisés en blocs, briques ou béton cellulaire) qui soutiennent le plan de travail et accueillent des électroménagers, des tiroirs et des étagères. Dans la division en modules, il est également nécessaire de prendre en compte l’épaisseur des murs, variable en fonction du matériau choisi (8/10 cm), et leur hauteur, en gardant à l’esprit que le plan fini doit être haut entre 85 et 95 cm du sol.

La conception doit être précise et contrôlée au millimètre près. En général, l’espace net (intérieur – intérieur) entre un mur et l’autre doit être de 60 cm, mais il peut être inférieur, par exemple 40 cm, en fonction de la taille effective des appareils électroménagers à insérer. Pour éviter les erreurs, il est toujours préférable de choisir d’abord les appareils électroménagers et de vérifier les encombrements, en consultant les fiches techniques du fabricant. Les électroménagers doivent être de type «encastrable» ou en pose libre, et il est judicieux d’ajouter quelques centimètres de chaque côté à la largeur indiquée dans la fiche technique pour permettre une installation facile, ou de prévoir un espace technique plus important pour éviter la surchauffe de l’appareil et le raccordement aux installations électriques et hydrauliques.

Les espaces utilisés comme armoires et garde-manger peuvent avoir des dimensions personnalisées en fonction des besoins et de l’espace disponible. Cette liberté compositionnelle rend la cuisine en maçonnerie très avantageuse et plus économique que les cuisines modulaires.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Plans de travail

Après avoir réalisé les supports verticaux, il est nécessaire de passer à la disposition des structures horizontales, qui reposent directement sur eux. Structurellement, les plans de travail horizontaux peuvent être réalisés couramment avec des planches de dimensions et d’épaisseurs variables, du béton cellulaire, du béton armé, à recouvrir et à finir ultérieurement.

L’autre hypothèse, en revanche, prévoit directement l’utilisation de dalles épaisses en marbre, granit, quartz, etc., pour un résultat déjà fini.

Si vous optez pour la première option, il est également nécessaire de choisir le type de revêtement, en fonction du style demandé par le client et de prévoir les trous pour encastrer l’évier et la cuisinière.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Certaines idées pour les plans de travail peuvent inclure : 

  • bois brut (de préférence traité pour le rendre plus résistant et durable) ;
  • pierre naturelle ou artificielle ;
  • marbre ;
  • carreaux ;
  • résine ;
  • ciment.

Pour rentrer dans les 85/95 cm de hauteur finie des plans de travail, il est nécessaire d’évaluer préalablement l’épaisseur du plan de travail (partie structurelle et finition). Les dalles, par exemple, varient entre 6 et 8 cm, les blocs de béton cellulaire entre 5 et 20 cm. Pour optimiser les ressources, il est opportun, lors de la conception, de vérifier également la longueur et la largeur des blocs à acheter, pour éviter les chutes et les découpes, en optimisant les matériaux mais aussi les délais de réalisation de l’ouvrage.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Matériaux et finitions

Une fois la structure complétée, on passe au choix des finitions pour recouvrir les murs, les plans de travail et les portes des armoires. Le choix des matériaux joue un rôle fondamental dans la définition du style et de l’ambiance de la cuisine en maçonnerie moderne. Des matériaux tels que le ciment lissé, le métal brossé et le verre trempé ajoutent une touche de modernité, tandis que le bois naturel et la pierre créent une atmosphère chaleureuse et accueillante.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Pour un résultat plus contemporain, il est possible d’opter pour une finition unique utilisée pour recouvrir les compartiments, à l’intérieur et à l’extérieur et pour le plan de travail. L’émail lavable, la résine (blanche ou colorée), le ciment ou l’enduit à la chaux, garantissent un résultat d’effet, monochromatique, sans joints, résistant à l’usure et facile à nettoyer. De plus, il peut être facilement retouché et renouvelé dans le temps, en changeant de couleur ou en refaisant la finition. La résine assure un résultat durable dans le temps et résistant aux agents chimiques et atmosphériques, en cas de cuisine extérieure, peut-être sur la terrasse, sous un porche ou un auvent, à la mer ou à la campagne.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Si l’on n’est pas opposé à des caractères décoratifs et colorés, on peut opter pour des céramiques (artisanales ou de récupération), du grès, des mosaïques, des carreaux de faïence ou des carreaux de ciment, peut-être seulement pour les plans de travail, traitant le reste de la structure en résine, ciment ou enduit brut. Si l’on opte pour le revêtement en carreaux, il est important de dimensionner les plans de travail et les épaisseurs dès la phase de conception afin d’éviter les coupes de carreaux et les interruptions de la décoration. Ces petits ajustements contribueront à la réalisation d’un travail professionnel et de qualité. En alternative, il est possible d’opter pour des dalles en grès de grand format. Découpées sur mesure, elles permettent d’éviter les joints et les raccords, garantissant l’effet monobloc et exploitant toutes les qualités esthétiques et mécaniques du grès (résistance, hygiène, esthétique, large choix de finitions, etc.). Dans ce cas, cependant, il est nécessaire d’étudier des solutions appropriées pour traiter les arêtes (joint entre la surface horizontale et verticale ou entre deux surfaces verticales), comme des protections d’arêtes, des pièces spéciales ou des biais à 45° des dalles pour un effet plus propre.

Enfin, si l’on utilise des briques pleines pour les structures verticales, elles peuvent être laissées apparentes ou enduites et peintes.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Portes et armoires

Pour fermer les compartiments, les solutions peuvent être : 

  • des rideaux en tissu coulissants ou à enrouleur ;
  • des panneaux lisses, ou avec des cadres, des treillages, des motifs décoratifs, etc., fabriqués en bois, en acier (avec différentes finitions, même corten) ou en tôle perforée ;
  • des panneaux en verre (satiné, coloré, transparent, plombé, etc.).

Les portes peuvent être fabriquées sur mesure par un artisan, ou achetées auprès de fabricants de cuisines qui fournissent le panneau et d’autres systèmes extractibles avec des mesures standard. Dans ce dernier cas, il est bon de réaliser les modules des murs verticaux déjà en fonction du type de panneau à acheter.

Une solution plus extrême peut également consister à laisser les compartiments simplement ouverts, à vue ou avec des paniers et des organiseurs. Cette solution fonctionne uniquement lorsque l’on est sûr de pouvoir maintenir toujours un certain ordre en cuisine. Sinon, le résultat pourrait être chaotique et négligé.

Les placards peuvent également être réalisés en maçonnerie, pour créer l’effet de niche, mais seulement s’il y a assez d’espace disponible. Sinon, on pourrait opter pour des armoires en bois ordinaires (peut-être traitées avec les mêmes finitions utilisées pour les autres surfaces) ou des étagères apparentes.

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Conception de cuisine en maçonnerie moderne issu du logiciel Edificius

Projet de cuisine en maçonnerie en 3D

Le projet de cuisine en maçonnerie nécessite précision et rigueur. Pour faciliter cette tâche, il est possible d’utiliser un logiciel de conception 3D. De cette manière, vous recréez rapidement l’espace de la cuisine et insérez des murs et des dalles pour composer la structure de la cuisine en maçonnerie. Ajoutez des électroménagers au riche catalogue en ligne, des détails réalistes, des lumières, des matériaux et des finitions. L’effet est réaliste et vous pouvez générer des rendus, des vues 3D, des tableaux graphiques complets avec des mesures et des annotations sur les matériaux et les détails de construction.

De plus, vous pouvez naviguer dans l’espace en temps réel ou en RV, en utilisant le casque, pour avoir une vision globale du projet et analyser toutes les décisions en détail. De cette manière, vous évitez de commettre des erreurs de planification qui ne se manifesteraient que sur le chantier, entraînant des modifications en cours de travail, une augmentation du budget et des délais de réalisation de l’ouvrage. Enfin, montrez le projet au client qui aura une opportunité unique : visualiser sa cuisine en maçonnerie avant même sa réalisation effective.

Combien coûte une cuisine en maçonnerie ?

En général, une cuisine en maçonnerie peut être moins chère qu’une cuisine modulaire, pour des dimensions et une qualité équivalentes. Sans oublier qu’une cuisine en maçonnerie peut être plus résistante, durable, personnalisable et modifiable dans le temps.

Les matériaux de construction utilisés pour réaliser la structure sont relativement économiques : le coût moyen varie entre 30 €/m³ et 70 €/m³, en fonction du matériau choisi (briques creuses, Poroton, briques pleines, etc.).

Les coûts les plus importants sont absorbés par les plans de travail. Ici, les dépenses varient beaucoup en fonction du matériau choisi, des coupes (une seule plaque ou plusieurs) et des trous à réaliser.

La finition finale varie de 5 à 10 €/pot pour l’émail à 30 €/m2 pour les carreaux. Enfin, un panneau artisanal pour la fermeture des armoires peut être estimé à environ 200 € par module, mais ici aussi le coût varie beaucoup en fonction du matériau utilisé (noyer, châtaignier, sapin, etc.) et de la complexité de la méthode de travail choisie.

edificius
edificius