Home » BIM et Architecture » Niveaux de maturité BIM : BIM Niveau 3

Niveaux de maturité BIM : BIM Niveau 3

Quel est le rôle du BIM niveau 3 et quelles sont les exigences à prendre en compte : voici tout ce que vous devez savoir sur les niveaux de maturité du BIM

Les niveaux de maturité du BIM sont depuis longtemps sous l’attention de ceux qui s’occupent du BIM, bien que le sujet soit souvent confondu avec d’autres aspects très différents du processus BIM tels que les niveaux de détail du BIM (LOD) ou les dimensions du BIM (3D, 4D, 5D, etc.).

Nous avons déjà parlé des niveaux de maturité du BIM (ci-dessous nous vous les résumons) ; dans cet article, nous abordons le niveau de maturité BIM 3 et quels sont les avantages pour votre travail.

De plus, si vous êtes intéressé par le BIM et le travail collaboratif, nous vous suggérons d’utiliser usBIM, la plateforme gratuite et entièrement en ligne qui vous permet de travailler conformément aux exigences du niveau de maturité numérique BIM 2 et même 3.

Modèle des niveaux de maturité BIM (Bew-Richards)

Modèle des niveaux de maturité BIM (Bew-Richards)

Les niveaux du BIM

Avant d’entrer dans le détail, nous vous résumons brièvement ce que sont les niveaux de maturité du BIM et à quoi ils servent dans l’ensemble du processus de construction.

Les niveaux de maturité du BIM identifient un cadre de fonctionnalités et d’usages qu’une organisation donnée, appartenant au monde de la construction, doit avoir par rapport à l’utilisation de la méthodologie BIM pour évaluer son niveau de maîtrise.

Comme indiqué par les PAS 1192, les niveaux vont de 0, avec l’utilisation de dessins numériques et de papier 2D (un exemple est l’utilisation de la technologie CAO), jusqu’au niveau 3 avec une intégration complète sur l’ensemble du projet (avec l’utilisation de plateformes collaboratives, de logiciels BIM, etc.).

On peut donc affirmer que les PAS 1192 (littéralement Publicly Available Specification, donc indique une pratique de référence), prévoit 4 niveaux de maturité du BIM:

  • niveau 0 – collaboration faible – fonctionne en 2 dimensions avec le logiciel CAO (Conception Assistée par Ordinateur) ou sur papier. Il est organisé suivant une organisation traditionnelle du travail qui tourne autour d’un système de standard ;
  • niveau 1 – collaboration partielle – fonctionne en 2 ou 3 dimensions avec un logiciel de CAO 3D avec des fichiers numériques. À partir de là, vous commencez à utiliser une méthode de conception paramétrique au sein d’un flux de travail propre, mais il n’y a toujours pas de collaboration et de partage de données avec d’autres professionnels. Les standards suivis sont à la fois internes et internationales, en particulier en ce qui concerne l’inclusion de certaines informations dans les différents éléments ;
  • niveau 2 – collaboration complète – fonctionne en 3 dimensions. À ce niveau, il y a une collaboration effective entre les différents intervenants qui travaillent sur un projet donné et tous utilisent des outils BIM. Tous travaillent sur des modèles distincts représentant différentes parties du projet qui, enfin, sont réunis en un seul modèle fédéré;
  • niveau 3 – intégration complète – tous travaillent simultanément sur le même modèle partagé. Cela permet une communication et un partage continus et instantanés, en recevant les mises à jour en temps réel.
Les niveaux de maturité du BIM des PAS aux ISO

Les niveaux de maturité du BIM des PAS aux ISO

Actuellement, les indications des PAS 1192 ont été dépassées et absorbées par la norme ISO 19650, qui introduit 3 niveaux de maturité BIM :

  • stage 1 – les modèles et les modélisations sont organisées avec des modèles de CAO 2D et d’information, répondant aux exigences réglementaires nationales, pour la gestion du projet de l’ouvrage ;
  • stage 2 – les modèles d’information disciplinaires, fédérés, conformes aux normes internationales ISO 19650, garantissent la gestion intégrée du projet de l’ouvrage ;
  • stage 3 – les systèmes de bases de données structurées des modèles d’information, immédiatement interrogeables, permettent d’imposer l’openBIM comme système de gestion du projet de l’ouvrage et de sa mise en service ultérieure.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire l’article d’approfondissement «De 0 à 3, quels sont les niveaux de maturité BIM ?».

Le niveau 3 du BIM

Le BIM niveau 3 représente le dernier niveau de maturité BIM qui prévoit l’intégration complète des outils et des différentes figures.

En effet, dans le BIM niveau 3, tout le monde peut partager les informations et travailler simultanément sur le même projet, en obtenant des mises à jour en temps réel.

À ce niveau, le processus de construction est entièrement interconnecté, de la conception à la gestion des travaux, ce qui permet de minimiser le gaspillage de matériaux et les délais de livraison, tout en maintenant (voire en augmentant) la qualité du résultat final.

Le développement de l’ensemble du processus repose sur la standardisation complète (ou presque) des différentes phases et du contenu. En effet, ici, le concept d ‘« Open data » et, plus précisément, d’ openBIM est d’une importance fondamentale . Cette caractéristique conduit à une interopérabilité maximale entre toutes les disciplines engagées dans les différentes phases, car la contrainte dictée par les fichiers propriétaires est absente.

C’est de cette exigence que naît l’IFC (Industry Foundation Classes)  un format de fichier ouvert et non propriétaire (il n’a donc pas de propriétaire qui détient les droits d’utilisation). Cela permet d’échanger facilement des fichiers entre les différents logiciels présents sur le marché sans problèmes de compatibilité.

Les 4 niveaux de maturité du BIM

Les 4 niveaux de maturité du BIM

Un autre aspect très important concerne l’utilisation de plateformes collaboratives en ligne qui permettent le partage et la visualisation immédiats de toutes les données et sont mises à jour synchronisées au fur et à mesure. Cela permet de maximiser la collaboration en permettant à tous les intervenants d’accéder aux mêmes informations. Cet outil est appelé EDC (Environnent de Donnée Commun) est, en fait, basé sur le cloud et rend les fichiers et les informations toujours disponibles partout et à tout moment.

Comme mentionné précédemment, le BIM niveau 3 fait référence à l’ensemble du cycle de vie du bâtiment, de la conception à la démolition. Par conséquent, l’interopérabilité et la gestion complète doivent être garanties à toutes les étapes grâce à un modèle BIM unique accessible à tous. Cela permet d’éliminer les erreurs et les gaspillages dus à l’inexactitude ou à la duplication des données.

 

usbim
usbim